FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

L’Europe a besoin de règles harmonisées pour protéger les lanceurs d’alerte

lanceursdalerte
– – –

La Commission  doit proposer une  » loi » européenne afin de protéger ceux qui dénoncent des actes répréhensibles ou une faute pour le bien public. Le Groupe S&D est déterminé à prendre les devants dans ce combat et à  démontrer qu’une législation au niveau de l’UE est possible. La seule chose nécessaire c’est la volonté politique. Tel était le message  de la conférence S&D sur la protection des lanceurs d’alerte  qui s’est tenue aujourd’hui au Parlement européen.

La Porte-parole du Groupe S&D pour les affaires juridiques, Evelyn Regner, a déclaré:

« Une société démocratique dépend de lanceurs d’alerte courageux et braves, qui mettent en lumière des pratiques douteuses ou des transactions illégales. Cependant, bien trop souvent ceux qui exposent les actes répréhensibles sont ceux qui font face à des procès et à des condamnations, tandis que les auteurs des exactions continuent leur travail sans sanctions.

Plusieurs fois, ces révélations ont eu des retentissements au niveau international, mais il n’y a pas de mesures au niveau européen pour encourager ceux qui détiennent des informations à les transmettre. Les lanceurs d’alerte doivent se sentir en sécurité et ils ont besoin d’un statut juridique clair.

L’UE doit aller au-delà des belles paroles et assurer une protection efficace pour ceux qui dénoncent des transactions douteuses. Ils agissent pour le bien de la société et mettent en danger leur propre réputation et leur moyen d’existence, parfois même leur liberté. Nous attendons de la Commission qu’elle prenne la question au sérieux et l’insère dans son programme de travail pour 2017.

La Porte-parole du groupe S&D pour les affaires économiques et monétaires, Pervenche Berès, a ajouté:

« L’évasion et la fraude fiscale coûtent aux gouvernements de l’Union européenne 1000 milliards d’euros chaque année. La lutte contre ce fléau, et prouver que l’UE ne fait pas passer les banques et les multinationales avant la justice et les droits de l’homme, doit être notre priorité numéro un. Ainsi nous pourrons financer des services publics de qualité et favoriser la transition écologique et la création d’emplois en Europe.

« Comme nous l’avons vu avec les cas LuxLeaks et Panama Papers, les lanceurs d’alerte jouent un rôle essentiel dans la dénonciation des transactions suspectes qui laissent les entreprises multinationales et les individus super-riches s’en tirer avec ce vol.

« Le Groupe S&D continuera à faire pression en faveur d’un cadre juridique général qui garantisse la protection contre les représailles ou les poursuites à ceux exposant des activités illégales, immorales, irrégulières ou contraires à l’éthique. Nous souhaitons que le Parlement commence à travailler à son propre rapport sur la question le plus tôt possible. Il devra aussi s’inspirer des différentes bases juridiques existantes pour cette nouvelle loi « .

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume