FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Le sort des stagiaires au Parlement

On sait que les jeunes connaissent plus que d’autres le chômage, la précarité et les faibles rémunérations. Les conditions de travail des stagiaires reflètent cette tension et le Parlement européen est loin d’être exemplaire dans ce domaine.


Alors qu’en France depuis 2014, les stages sont encadrés et doivent faire l’objet d’une gratification minimum dès qu’ils font plus de deux mois (c’était un des engagements de François Hollande durant la campagne des présidentielles), ce n’est pas le cas en Belgique.

Début mars, l’Intergroupe Jeunesse du Parlement européen a dévoilé les résultats d’une enquête sur les stagiaires en son sein. Il apparait qu’un stage sur dix n’est pas rémunéré et un stagiaire sur quatre est payé moins de 600€. En réalité ces chiffres sous-estiment probablement le phénomène, parce que les stagiaires ayant des conditions de travail précaires et des contrats plus courts sont plus difficiles à appréhender.

A la suite de cette enquête a été publié un « manifeste pour des stages équitables » Le manifeste demande que les stages soient rémunérés, qu’ils durent de 6 à 12 mois, qu’ils soient accompagnés d’un contrat, d’une convention de stage et propose la création d’une nouvelle catégorie de « stagiaire en visite » pour une durée maximale d’un mois.

Ce manifeste a déjà recueilli 140 signatures de députés, dont la mienne.

Dans le courrier ci-dessous, avec mes collègues vice-présidents S&D nous demandons au Président Tajani de se saisir de cette question afin que des améliorations concrètes des conditions d’emploi des stagiaires soient mises en place.

Alors que la jeunesse fait partie des priorités affichées des politiques de l’Union européenne, il me semble que le Parlement doit envoyer un signal fort sur cette question.

Voici une traduction du courrier :

Cher Président Tajani,

Avec cette lettre, nous aimerions donner suite à nos demandes orales à propos des discussions sur les conditions de stage au Parlement européen au niveau du Bureau.

Nous prenons acte et saluons votre réponse positive à la lettre du 8 juin 2017, envoyée par l’Intergroupe Jeunesse dans le cadre de sa campagne #Fairinterneships incluant le Manifeste pour les Stages Equitables signé par 140 Membres.

Dans votre réponse aux présidences de l’Intergroupe Jeunesse, vous avez annoncé que le Secrétaire Général analyserait la question et ferait part de ses résultats au Bureau.

Nous pensons que l’évaluation de l’impact de l’interdiction des stages non rémunérés au Parlement européen serait un premier pas important vers l’amélioration des conditions de stage.

Nous nous réjouissons de votre volonté d’examiner cette question plus en profondeur. Pour cette raison, nous voudrions vous demander de mettre la question à l’ordre du jour de la prochaine réunion du Bureau afin de débattre et de décider des modifications à apporter aux règles actuelles, en particulier à la décision du Bureau du 19 avril 2010 concernant les stagiaires.

Nous croyons sincèrement que le principe d’une rémunération équitable pour les jeunes en stage est essentiel pour nous en tant que législateur européen afin de donner un signal fort aux secteurs public et privé.

Nous serions très heureux si vous nous assuriez de votre volonté de répondre à notre demande et attendons avec impatience votre réponse.

Cordialement,

Maria João RODRIGUES, Acting S&D Group Leader

Bogusław LIBERADZKI, EP Vice-President

David SASSOLI, EP Vice-President

Sylvie GUILLAUME, EP Vice President

Evelyne GEBHARDT, EP Vice-President

Ioan Mircea PASCU, EP Vice President

Vladimir MAŇKA, Quaestor

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume