FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

À présent, Mark Zuckerberg doit témoigner devant le Parlement européen

 

Ce 11 avril, le Groupe S&D demandait un débat urgent en plénière de la semaine prochaine, à Strasbourg, au sujet de l’abus de millions de données d’utilisateurs de Facebook. De même, le Groupe demande la comparution de Mark Zuckerberg devant la commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures du Parlement européen, pour expliquer ce qui s’est exactement passé et la manière dont cela a affecté les citoyens de l’UE.

Udo Bullmann, chef de file du Groupe S&D, a déclaré ceci :

« L’allégation que les données de millions d’utilisateurs de Facebook aient été récoltées sans leur consentement est ahurissante. C’est d’autant plus choquant que ces données ont été utilisées à des fins politiques, sous couvert de recherche scientifique. Or, des centaines de millions d’Européens utilisent Facebook, et il est essentiel qu’ils comprennent comment leurs données ont été et sont utilisées. Dans ce contexte, nous demandons l’ajout d’un débat au programme de la session plénière de la semaine prochaine, afin de permettre au parlement de discuter d’urgence de cette question. Il faut aussi organiser une audition spéciale en commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, en présence de tous les experts concernés. À l’instar de ce qu’il a fait hier devant le sénat des USA, Mark Zuckerberg doit venir à cette audition et expliquer avec précision ce qui s’est passé, comment cela a affecté les utilisateurs de l’UE et ce qu’il a entrepris pour que cela ne se reproduise plus jamais. »

 

Birgit Sippel, eurodéputée et porte-parole S&D pour les libertés publiques, la justice et les affaires intérieures, a ajouté ce qui suit :

« Les allégations contre Facebook s’aggravent de jour en jour. Dans ces conditions, il faut tenir une audition exhaustive en commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, afin d’aller au fond des choses. »

« Par ailleurs, le Groupe S&D se bat depuis des années, au sein du Parlement européen, pour la protection en ligne des citoyens. Qu’il s’agisse des nouvelles lois sur la protection des données, qui entreront en vigueur le mois prochain, ou de l’actualisation de la directive sur la vie privée en ligne, nous nous sommes durement battus pour défendre les intérêts des citoyens et contre ceux des grandes entreprises technologiques. »

« Dans ce contexte, les cris d’orfraie poussés par le Groupe PPE à propos de ce scandale sont risibles. En effet, leurs paroles disent une chose que leurs votes ont contredit en permanence. Sur tout grand texte législatif proposé ces dernières années, ils se sont alignés sur les lobbyistes des géants de l’internet, contre les intérêts des citoyens. Nous espérons qu’ils comprendront enfin, aujourd’hui, l’importance de la protection des données et du respect de la vie privée en ligne, et qu’ils voteront en conséquence. »

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume