FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Avançons ensemble

avançons ensemble

Ils s’appellent Nils & Ronnie, Alexa et Liliane ou Stefano et Anna : ils sont Suisses et tous, dimanche 28 février, ils voteront contre l’initiative du Parti Démocrate-Chrétien.

L’initiative « Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage » a été déposée en novembre 2012. Elle propose de mettre fin à la différence fiscale qui touchent certains couples mariés et concubins.  En effet, les couples mariés paient plus d’impôts et touchent une retraite moins élevée par rapport aux couples concubins. Jusque-là l’initiative semble sensée.  Mais tout se gâte quand le PDC précise que le mariage doit être défini comme « l’union d’un homme et d’une femme ». Définition réductrice et rétrograde qui serait inscrite dans la constitution si l’initiative est votée. Cela  reviendrait à une interdiction durable du mariage homosexuel.


Pourtant 70.4% de la population suisse est favorable à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels alors que depuis 2007, ils ont accès à une forme d’union civile. Par cette initiative, le PDC semble vouloir interdire le mariage pour les couples de même sexe.  Et il pourrait réussir son coup… Paradoxalement, 60% des citoyens seraient favorables à cette initiative.
En réponse, la mobilisation politique est forte. Au Parlement suisse, le front Parti Libéral Radical-PS a recommandé le rejet de ce texte. Mercredi 24 février, les sénateurs l’ont repoussé en proposant d’office un contre-projet sans définition du mariage.

L’accès au mariage pour tous est une cause qui mérite d’être défendue et c’est pourquoi je soutiens  «Avançons ensemble ». Cette campagne propose d’aller à la rencontre des citoyens suisses afin de les informer sur le contenu du texte. Le combat en faveur du mariage pour tous est une cause chère à l’ensemble des progressistes européens.  Cette évolution concerne l’ensemble de nos sociétés et nos voisins suisses ne sauraient s’y soustraire.

Pour en savoir plus : http://www.avancons-ensemble.ch/

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume