FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Départ de Gérard Collomb du gouvernement – Tout ça pour ça…

Tout ça pour ça…

1 an, 5 mois et 6 jours. Telle est la durée pendant laquelle Gérard Collomb aura exercé ses fonctions de Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur.

Celui qui tout au long de sa carrière politique aura espéré exercer un jour des responsabilités nationales, renonce donc à servir son pays pour retrouver un mandat qu’il a occupé pendant 17 ans.

Celui qui rêvait d’exporter le « modèle lyonnais », laissera principalement de son passage place Beauvau le funeste souvenir d’une loi asile et immigration tournant le dos aux valeurs humanistes portées par la ville de Lyon et son histoire, celles de l’équilibre et de l’innovation sociale, notamment en matière d’accueil des réfugiés.

Gérard Collomb restera comme le Ministre de l’Intérieur qui aura allongé la durée de placement en centres de rétention, justifié la détention administrative des enfants, refusé d’abroger le délit de solidarité, emprunté les mots des populistes en parlant de submersion, remis en cause l’acquisition de la nationalité française par le droit du sol, renoncé à toute initiative européenne en matière d’accueil des migrants, bloqué la réforme du règlement de Dublin et pire, fermé les yeux sur le drame qui se joue toujours en Méditerranée, restant sourd aux appels des ONG.

Enfin, comment ne pas regretter que celui qui se disait profondément européen, ait été si peu présent à cette échelle, laissant régulièrement vide la chaise de la France au sein du Conseil des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (JAI), ignorant le travail du Parlement Européen et de ses Commission des Libertés civiles, de la justice et affaires intérieures (LIBE) et Commission spéciale sur le Terrorisme (TERR) avec lesquelles ses prédécesseurs entretenaient des liens forts (et parfois « sportifs »). La voix et l’influence d’un Ministre de l’Intérieur français, sur le plan européen et international ne peuvent se résumer à l’obsession albanaise.

Reconnaître bien tardivement « l’hubris » ou le manque d’humilité de ce gouvernement, ne pourra pas tout effacer.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume