FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

#DieselGate : l’affaire Volkswagen n’est pas finie

affaire Volkswagen

Souvenez-vous, c’était en septembre dernier, on assistait à la révélation fracassante d’un scandale chez Volkswagen, rebaptisé depuis en #DieselGate. C’est au Parlement européen que se joue une partie de cette affaire ces jours-ci.

Tests truqués
A l’origine des révélations, l’Agence américaine de protection de l’environnement explique avoir découvert la présence d’un logiciel sur les véhicules de la marque équipés en moteur diesel, logiciel qui détecte les conditions d’utilisation des véhicules : en cas de test d’homologation, le dispositif anti-pollution est activé, en cas d’usage routier normal il ne l’est pas. Cela permet aux véhicules de multiplier les bonnes performances en termes de pollution ou de consommation puisque tous les résultats sont truqués !

Et en Europe ?
Bien évidemment, cette affaire met à mal la réputation de Volkswagen, mais jette aussi la suspicion sur l’ensemble de l’industrie automobile et sur sa réelle volonté de lutter contre la pollution.
D’ailleurs, les conditions dans lesquels les tests d’homologations sont passés par les constructeurs sont critiquées depuis longtemps par les députés européens dont les membres du groupe S&D.
Le problème principal vient du fait que les tests en laboratoire n’ont pas du tout les mêmes résultats que ceux pratiqués en conditions réelles. En fait, pour comparer avec l’affaire américaine, les tests sont tellement mal faits qu’il est inutile de les truquer !
La Commission a réagi à la demande conjointe des députés et de l’opinion et proposé la mise en place de tests dits tests d’émissions en situation réelle (RDE). Mais dans le même temps, une proposition vise à augmenter considérablement les limites acceptables d’émission d’oxydes d’azote (NOx).
C’est donc un retour en arrière qui est proposé, comme si le choix était entre des mauvais tests qui affichent des bons résultats ou des bons tests qui affichent des mauvais résultats.
On sent qu’un intense lobbying des constructeurs automobiles est en œuvre dans cette affaire.

Les positions du groupe S&D
Sur cette question, mon groupe appelle les constructeurs à la transparence et les législateurs à la cohérence. On ne peut pas faire la COP21 d’un côté et se livrer à ces opérations de brouillage sur la question des normes.
Pour éviter d’autres scandales, nous estimons nécessaire l’instauration d’une autorité responsable à l’échelle de l’UE. La réponse au problème révélé par le dieselgate consiste à instaurer des essais RDE sans échappatoires, afin que les nouvelles voitures respectent les seuils d’émission dans des conditions de conduite réelle.

Sur ce sujet, je vous propose de voir la vidéo de l’intervention de Christine Revault d’Allones en séance du lundi 18 janvier.

 

Emissions des voitures diésel et tests en conditions réelles

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume