FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Directive « ePrivacy » : le PPE plie devant le monde des affaires et bloque des propositions qui donnent aux citoyens le contrôle de leurs informations confidentielles en ligne

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 19 octobre 2017

_ _ _

Ce 19 octobre, une coalition de groupes de droite s’est opposée à des propositions qui donnaient plus de contrôle aux citoyens sur l’utilisation en ligne de leurs informations confidentielles. L’incapacité des groupes de droite du PPE et du CRE à placer les préoccupations des citoyens au-dessus des intérêts des lobbyistes économiques a déçu le Groupe S&D. En conséquence, celui-ci exhorte la droite à revenir sur sa décision et à cesser de reporter cette actualisation importante des lois qui régissent l’utilisation des informations sensibles des citoyens.

 

Marju Lauristin, eurodéputée S&D et négociatrice du PE pour la législation concernant la défense de la vie privée dans les communications électroniques, a déclaré ceci :

« Les propositions mises au vote, aujourd’hui, avaient pour but de rendre aux citoyens le contrôle de l’utilisation et du partage en ligne de leurs données confidentielles. Elles visaient des domaines comme le contenu des courriers électroniques privés ou des conversations par WhatsApp. Bien qu’un compromis clair ait été obtenu en dernière minute, le Groupe PPE s’en est retiré. Plutôt que d’écouter les préoccupations des citoyens, ils ont plié devant les exigences d’un lobbying agressif exercé par des multinationales, plus précisément le monde des affaires allemand. »

« Le Groupe PPE estime donc que ce que les gens écrivent dans leurs courriers électroniques privés ou ce qu’ils disent dans leurs conversations via WhatsApp doit être jeté en pâture aux publicitaires ou au multinationales. Nous ne soutiendrons jamais cette approche ; au contraire, nous allons nous battre pour protéger le droit des citoyens à la confidentialité. »

« Plus cyniquement encore, le Groupe PPE tente à présent de brouiller les cartes en prétendant que sa décision couarde est une façon de protéger les gens contre l’exploitation sexuelle en ligne. C’est un mensonge éhonté. Cette loi s’applique à l’utilisation des informations par les entreprises privées et exclut clairement le travail de police, qui appartient aux gouvernements nationaux. Le PPE s’est lancé dans le genre de fake news le plus cynique pour dissimuler le fait qu’il est une fois de plus aux ordres du monde des affaires. Cette conduite est aussi scandaleuse que transparente et nous l’exhortons à cesser la comédie. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume