FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Égalité entre les femmes et les hommes dans les entreprises européennes

femmes

Communiqué de presse du groupe des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, Bruxelles, 02 décembre 2015

« Les conseils d’administration ne comptent que 21,2 % de femmes – il est grand temps que ça change », estiment les S&D

À l’occasion d’un débat au Parlement européen à Bruxelles, ce 2 décembre, les eurodéputés S&D ont exhorté les gouvernements européens à conclure un accord sur une proposition qui vise à accroître le nombre de femmes dans les conseils d’administration.

En effet, les dernières données (octobre 2015) indiquent que seuls 21,2 % des membres des conseils d’administration des sociétés européennes cotées en bourse sont des femmes.

Evelyn Regner, eurodéputé et porteparole du Groupe S&D en commission Affaires juridiques, a déclaré ceci :

« Nous constatons que seuls les États membres qui ont pris des mesures législatives ont enregistré des progrès en la matière. Par conséquent, l’heure est venue de lancer une action à l’échelle de l’Europe, afin de donner aux femmes les opportunités qu’elles méritent. »

« Dans huit États membres seulement – France, Lettonie, Finlande, Suède, Royaume-Uni, Danemark, Italie et Allemagne – il y a plus de 25 % de femmes dans les conseils d’administration. Or, les Socialistes & Démocrates œuvrent depuis de longues années en faveur d‘une meilleure représentation des femmes au sein des conseils d’administration. »

« La proposition de la Commission européenne, qui instaure une procédure de sélection transparente pour les administrateurs non exécutifs, afin de contribuer à l’atteinte, à l’horizon 2020, de l’objectif de 40 % de femmes au sein des conseils d’administration des sociétés cotées en bourse, aura des répercussions positives tant pour les hommes que pour les femmes. »

« C’est maintenant qu’il faut briser le plafond de verre. »

Marie Arena, eurodéputée et porte-parole du Groupe S&D pour les questions concernant les femmes et l’égalité des sexes, a ajouté ceci :

« Jusqu’à présent, les gouvernements européens n’ont attaché que peu d’importance aux questions d’égalité des sexes. Après l’abandon de la directive relative aux congés de maternité, nous craignons que cette proposition, qui vise à augmenter le nombre de femmes dans des postes de direction, ne subisse un sort identique. Ce serait totalement injuste et inacceptable. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume