FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Faire de la citoyenneté européenne enfin une réalité !

En marge de la journée de l’Europe cette semaine, la Commission européenne a lancé une vaste consultation (la plus grande « jamais réalisée » dit-on !) – Faites entendre votre voix – pour inviter les Européens, jusqu’au 9 septembre prochain, à pointer du doigt les violations, obstacles et discriminations rencontrés dans l’exercice de leurs droits en vertu de leur statut de citoyen européen, qu’il s’agisse de l’exercice du droit de vote et éligibilité, d’achats en ligne ou à l’occasion de voyages en Europe. La Commission cherche ainsi à en savoir plus sur les difficultés concrètes auxquelles doivent faire face les citoyens lorsqu’ils se déplacent dans l’Union, afin de mieux définir les contours d’une Union européenne que les citoyens aimeraient voir se dessiner d’ici 2020.

La tâche est pourtant loin d’être facile ! Selon un sondage Eurobaromètre de 2010 sur la citoyenneté européenne[1] , l’expression « citoyens de l’Union européenne » n’est familière qu’à 43% des citoyens de l’UE. Plus de 2/3 des répondants des 27 pays de l’UE se considèrent même mal informés, voire pas informés du tout.

Bref, le fossé entre les instituions européennes et les citoyens persiste, ce que le taux de participation aux dernières élections européennes en 2009, sous la barre des 50%,  avait déjà clairement fait apparaître.

Dans ce contexte, une autre initiative devrait aider à mieux familiariser les Européens à ce concept de « citoyenneté européenne » : il s’agit du lancement en 2013 de « l’Année européenne de la citoyenneté », sur laquelle j’ai été amenée à me prononcer cette semaine au sein de la commission [LIBE] avec le vote du rapport de ma collègue chypriote PAPADOPOULOU. Cette Année devrait aussi poser un jalon décisif sur la voie de la mise en œuvre du nouveau Programme « l’Europe pour les citoyens » (2014-2020), également examiné dans le cadre de nos travaux parlementaires.

Comment souhaitons-nous que cette Année européenne se traduise ?

– elle devra tout d’abord refléter tous les droits couverts par la citoyenneté européenne, tels que définis aux articles 39 à 46 de la Charte des droits fondamentaux, à savoir le droit de vote et participation aux élections européennes et municipales, la bonne administration, l’accès aux documents, le droit de recourir au Médiateur européen en cas de mauvaise administration, le droit de pétition au PE, le droit de libre circulation et résidence et la protection diplomatique et consulaire ;

– elle devra ensuite mettre l’accent sur la nécessité de sensibiliser les citoyens sur les droits attachés à la citoyenneté européenne dans le cadre de la liberté de circulation et de résidence, dont on peut constater combien elle est malmenée.

– elle devra enfin donner naissance à une Journée européenne des citoyens et une feuille de route pour faire en sorte que cette Année européenne ne se limite pas à une dimension purement cérémonielle mais permette effectivement de déboucher sur des actions concrètes à entreprendre pour l’avenir.

La citoyenneté européenne est un droit concret qui doit trouver à s’exercer par tous et dans l’intérêt de tous. Elle constitue un outil formidable pour renforcer la cohésion sociale, la diversité culturelle, la solidarité, la compréhension et le respect mutuels, un sens commun de l’identité européenne et donner aux citoyens une confiance dans les institutions européennes.

Souhaitons donc les meilleurs vœux de succès à ces deux initiatives et rendez-vous aux prochaines élections européennes pour voir si l’enfant-citoyen aura effectivement grandi !


[1] Sondage eurobaromètre Flash 294, La citoyenneté européenne – Rapport analytique, Terrain : mars 2010, publication : octobre 2010.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume

3 Comments

  1. LE CUN Jean-Jacques

    Pour une belle année de l’Europe, plusieurs actions: un Parlement qui gouverne, le 09/05 férié à la place du 08/05 et enfin une langue commune: l’Espéranto.
    Bien sur le plan économique une Europe sociale.

  2. fournier

    Tant que l’open data de toutes les administrationsn existera pas ,nous resterons dans une pseudo démocratie,et la citoyenneté Européenne ne sera qu’un leure

  3. Pingback: Réussir l’année européenne 2013 des citoyens | le blog de Sylvie Guillaume

les commentaires sont fermés