FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Intervention en séance plénière – la garantie jeunesse

Intervention garantie pour la jeunesse

Voici l’intervention que j’ai prononcée devant le Parlement le mardi 28 avril 2015 en tant que rapporteure pour avis.

 

Cette proposition vient répondre à une situation que nous avons eue maintes fois à déplorer : plus d’un an après l’adoption de ce texte, les résultats ne sont pas au rendez-vous face à l’ampleur d’un chômage qui frappe 1 jeune sur 5 aujourd’hui en Europe, avec les risques de marginalisation, d’exclusion sociale, et de pauvreté durable que cette situation emporte avec elle.

Une mise en œuvre difficile, des investissements insuffisants, un manque d’ambition : tous ces symptômes affectent la garantie jeunesse telle qu’elle est mise en œuvre actuellement.

Or nous refusons qu’une génération entière soit ainsi perdue !

Le texte qui nous est ici proposé constitue donc une mesure indispensable en attendant le retour de la croissance et des emplois.

Indispensable pour réduire le fossé qui se creuse entre les jeunes, entre diplômés du supérieur et, en plus des jeunes sans diplôme, ceux d’éducation moyenne.

Indispensable aussi pour aider les jeunes à rester en contact avec le monde du travail ou la formation.

Indispensable surtout pour prévenir le piège du chômage de longue durée et sa spirale délétère.

Les jeunes sont les principales victimes de la crise économique depuis 2008 et, aujourd’hui, les plus vulnérables parmi eux sont ceux qui n’ont pas d’éducation ni de qualification suffisantes.

Une attention particulière doit être portée sur ces jeunes qui présentent un faible niveau d’éducation, issus de l’immigration, en situation de handicap ou encore avec des problèmes de santé, car ils sont les plus fragiles et ne devraient pour autant pas être laissés de côté.

La qualité des projets développés sera aussi essentielle, elle devra s’appuyer sur des modes d’apprentissage formels comme informels, et les États ont une responsabilité essentielle à assumer dans ce domaine.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume