FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Journée mondiale des réfugiés

C’est la 17ème journée mondiale des réfugiés ; elle concerne plus de 65 millions de personnes déplacées à travers le monde. Mais l’espoir semble laisser la place au découragement. En effet, la guerre continue en Syrie ; des attentats ont lieu tous les jours en Afghanistan ou encore en Irak ; une sécheresse sans précédent sévit dans la corne de l’Afrique. Ainsi, les raisons de fuir ne manquent pas aux réfugiés.

Malheureusement le sort qui leur est réservé sur la route de l’exil et une fois arrivés est souvent effroyable. Ainsi, le nombre de morts sur la route de la Méditerranée centrale atteint des chiffres records ; les associations sont interdites de distribuer des repas aux migrants à Calais ; des mouvements d’extrême droite récoltent de l’argent pour empêcher les sauvetages en mer… Il est parfois difficile de rester optimiste.

Et pourtant… il faut tenir bon, et rester combattif pour tous ces gens qui ont fui la guerre et les violences au péril de leur vie. Les réfugiés ne peuvent demeurer les victimes de la léthargie généralisée des gouvernements du monde entier qui refusent de prendre leurs responsabilités. Ainsi, en cette journée particulière, j‘adresse mon soutien aux réfugiés, aux associations, aux acteurs de terrain, aux personnels administratifs, aux tuteurs… à tous ceux qui participent à alléger la souffrance de ces exilés.

De mon côté, je continue de  travailler pour défendre nos valeurs de solidarité, d’accueil et de partage. Un système d’asile européen harmonisé et protecteur, garant des droits des migrants, est ma priorité. Nous devons mettre en place une politique d’asile européenne efficace, ouvrir des voies légales de migration via la réinstallation mais aussi les visas humanitaires. La protection des personnes vulnérables doit rester au cœur de nos politiques. C’est ce sur quoi je ne transigerai pas.

Je vais tout faire pour que l’approche européenne des migrations ne soit pas uniquement sécuritaire et basée sur les retours ou la réadmission, mais pour qu’elle soit inclusive et ouverte. Le chemin sera difficile, notamment durant les négociations sur le Paquet asile au Parlement européen.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume