FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Le projet d’accord de sortie crédibilise l’engagement d’éviter une frontière physique en Irlande – à présent, la balle est dans le camp de May

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 28 février 2018 

_ _ _

Le Groupe S&D salue le premier projet de traité de sortie du Royaume-Uni de l’UE, élaboré par la Commission européenne.

Roberto Gualtieri, eurodéputé et porteparole du Groupe S&D pour le Brexit, a déclaré ceci :

« Le Royaume-Uni quittera l’UE dans un peu plus d’un an. Le temps commence à manquer pour atteindre un accord sur le traité de sortie, la période de transition et l’avenir de la relation UE-Royaume-Uni. À présent, il faut donc transformer les engagements et les belles paroles en textes légalement contraignants. Dans cette optique, nous saluons la publication par la Commission européenne du projet d’accord, que nous allons étudier soigneusement. »

« Nous sommes heureux que ce texte reprend un grand nombre de nos priorités. En particulier, nous saluons l’inclusion des futurs partenaires et époux dans le champ d’application de l’accord ; l’article qui garantit la couverture de l’ensemble des droits des citoyens pendant la période transitoire ; et les dispositions détaillées qui garantissent la réduction à des formalités des procédures administratives. »

« Par ailleurs, tant le Royaume-Uni que l’UE ont répété, tout au long du processus, qu’ils ne voulaient pas de l’instauration d’une frontière physique en Irlande du Nord. C’était le fondement du rapport conjoint, signé en décembre, et les propositions publiées aujourd’hui traduisent cet engagement en texte légalement contraignant. Cette position de repli pourra être utilisée le cas échéant. Il est clair que les autres éventualités prévues par le rapport conjoint doivent être explorées parallèlement à ceci. »

« À présent, il appartient au gouvernement du Royaume-Uni de proposer des alternatives crédibles et viables : la balle est dans le camp de Mme May. Dans cette optique, nous saluons le discours du chef de file travailliste Jeremy Corbyn, qui remet l’union douanière sur la table. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume