FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Les Britanniques et Erasmus+

A propos des effets collatéraux du Brexit, beaucoup de questions se posent sur ses conséquences pour les étudiants tant britanniques que des autres états membres.

La Commission européenne publié le 24 janvier 2019 son rapport 2017 sur Erasmus+.

Quelques chiffres illustrent bien l’intérêt du programme :

  • 800 000 personnes ont pu étudier, se former ou faire du volontariat à l’étranger, soit +10 % par rapport à 2016
  • 84 700 organisations ont participé à 22 400 projets dans le cadre de la coopération entre des établissements d’enseignement, des organisations de jeunesse et des entreprises
  • 400 000 étudiants, stagiaires et membres du personnel de l’enseignement supérieur ont participé à une mobilité à l’étranger

La France, l’Allemagne et l’Espagne sont les trois principaux pays d’origine des étudiants, tandis que l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont les trois pays d’accueil favoris de ces derniers.

Évidemment le Brexit aura un impact sur les étudiants britanniques, dont le sort relève d’abord de la décision que prendra le gouvernement de Theresa May sur son lien avec l’Union européenne. Si l’issue est un « No deal » les citoyens britanniques pourraient ne plus bénéficier d’Erasmus+. Or, selon les données disponibles (2016), 31 243 étudiants européens ont effectué une partie de leur cursus universitaire au Royaume-Uni et 16 414 étudiants britanniques se sont rendus dans d’autres États membres de l’UE pour étudier.

Source : Commission européenne, Agence Europe

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume