FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Les coulisses du Parlement européen : un service des médias exceptionnel

service de presse

Il est des services qui passent inaperçus et qui, pourtant, mériteraient que l’on braque davantage les projecteurs sur eux.

Ainsi le service des médias du Parlement européen que j’ai eu l’occasion de visiter la semaine passée à Bruxelles et que de nombreux médias (français en particulier) seraient bien inspirés d’utiliser plus fréquemment.

Tout d’abord, le service de presse qui s’appuie sur plusieurs attachés de presse, répartis par commission parlementaire, par État membre et par langue officielle, afin de répondre aux médias des 28 États membres qui les sollicitent quotidiennement et qu’ils orientent vers les interlocuteurs pertinents. Retrouvez leur actualité ici.

Tant à Bruxelles qu’à Strasbourg, une salle de presse est à la disposition des journalistes, le tout gratuitement, ce qui est intéressant pour des rédactions en difficulté financière et qui n’hésiteraient pas sinon à sacrifier le service des affaires européennes.

C’est aussi là que se préparent les démentis en cas d’information erronée diffusée par la presse sur l’institution. À cet égard, je vous invite à prendre connaissance du FAQ créé en réponse aux questions posées fréquemment par la presse et qui est mis à jour régulièrement ici.

Ensuite le service audiovisuel qui met à la disposition des députés et journalistes un large éventail d’équipements : studios (TV, Radio) à la pointe des dernières technologies, notamment un bâtiment équipé d’une centaine de kilomètres de fibres optiques ; également des photos d’archives ou vidéos, libres de droit, accessibles sur simple demande ici en s’inscrivant sur le site du service audiovisuel. Une présentation de ce service en vidéo ici.

Ayant également eu l’occasion de participer moi-même à des séminaires organisés par les services du Parlement européen pour des journalistes français en visite à Bruxelles et Strasbourg, je mesure tout l’intérêt de ces actions qui ouvrent à nos médias, en particulier locaux, tout un monde dont ils ignoraient même l’existence jusqu’à leur déplacement au Parlement européen.

Des moyens exceptionnels, disponibles gratuitement : quelle excuse alors trouver pour ne pas parler d’Europe au quotidien en France ?

 

 

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume