FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Les S&D poursuivent le combat pour le pacte de l’ONU sur les migrations et les réfugiés

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 21 novembre 2018

_ _ _

Le gouvernement polonais a annoncé son intention de se retirer du pacte de l’ONU sur les migrations et les réfugiés. Après la Hongrie, la Bulgarie, l’Autriche et la Croatie, la Pologne est le cinquième État membre de l’UE dans ce cas.

Udo Bullmann, président du Groupe S&D, a réagi comme suit à cette annonce :

« Le retrait d’un État après l’autre du pacte de l’ONU sur les migrations et les réfugiés est le triste résultat d’’une campagne hardie menée par les populistes et les nationalistes et fondée sur des mensonges et la haine. En effet, toute personne capable de lire comprend que les règles de l’ONU n’affectent pas la souveraineté nationale en matière de politique migratoire. Le  texte propose juste aux nations des normes non contraignantes pour une meilleure régulation des migrations. Le fait que de nombreux politiciens conservateurs, notamment en Allemagne, imitent les populistes de droite en diabolisant ce pacte est aussi honteux qu’inquiétant. Nous autres Socialistes & Démocrates poursuivons le combat en faveur du pacte migratoire et contre les campagnes haineuses de la droite. »

« Par ailleurs, le pacte de l’ONU sur les migrations et les réfugiés est la force motrice du multilatéralisme et de la prise de décision en concertation mondiale, contrairement aux postures nationalistes bornées et à courte vue. Il vise à guider les migrations de manière sûre et ordonnée, à réduire les effets des migrations illégales et à garantir la dignité et la protection de l’ensemble des migrants. La réalisation de cet objectif nécessite naturellement des approches internationales communes, car les approches nationales séparées ne peuvent que déboucher sur des impasses. Il faut comprendre comment les causes et effets sont liés à l’échelle mondiale. Ce pacte constitue une tentative dans ce sens. Dans ce contexte, il est inquiétant de voir des pays qui appartiennent au noyau dur de l’UE commencer à se détourner d’un processus de décision responsable et international. »

 

 

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume