FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Lutte contre la précarité en Europe : une bataille remportée mais pas encore la guerre

Les chiffres restent inquiétants : une personne sur quatre en Europe est aujourd’hui exposée au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale.

Ce phénomène n’a cessé de prendre de l’ampleur à la faveur de politiques d’austérité et frappe d’autant plus durement les enfants, les femmes, les personnes sans emploi, les foyers monoparentaux et les personnes avec un handicap.

Le Parlement européen a demandé cette semaine la mise en place de systèmes de revenu minimum dans tous les États membres, dans le cadre de l’adoption d’un rapport d’initiative.

Les parlementaires européens appellent ainsi à fixer le revenu minimum en utilisant le seuil de risque de pauvreté d’Eurostat, à améliorer le caractère adéquat des régimes afin de mieux cibler les plus vulnérables, et à lutter contre le faible taux de recours parmi les personnes éligibles, en intensifiant la sensibilisation.

La plupart des pays de l’UE disposent déjà de tels régimes, mais tous ne fournissent pas un soutien adéquat à tous ceux qui en ont besoin.

Ce type de proposition devrait aussi s’accompagner d’un meilleur accès à des services publics de qualité, au logement, aux soins de santé et à l’éducation.

Les Socialistes et Démocrates se sont engagés pour que les personnes qui disposent de ressources insuffisantes puissent vivre dans la dignité et avoir accès à des services de qualité et au marché du travail.

Je regrette que cet appel à une plus grande solidarité ne soit pas partagé par tous dans les rangs de cet hémicycle. Ils se sont en particulier opposés à notre appel pour une directive-cadre et la possibilité d’appuyer ce dispositif sur la base de fonds européens.

L’épreuve des faits est là : derrière des discours aux accents soi-disant sociaux, c’est la vraie nature du Front national qui est révélée. Ces mêmes élus qui appellent à défendre les plus précaires sont ceux-là même qui n’hésitent pas à joindre leurs voix à celles des conservateurs et libéraux contre des propositions positives pour permettre des améliorations concrètes pour sortir les gens de la précarité. Cette mascarade doit être dénoncée.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume