FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Lutte contre le terrorisme : les réponses du Parlement européen

CP PE

Communiqué du Parlement européen – 5 avril 2016

Le 22 mars dernier, Bruxelles est venue s’ajouter à la liste des villes européennes touchées par le terrorisme. Ces attaques viennent souligner une nouvelle fois la nécessité d’une coopération plus étroite à l’échelle européenne. Le Parlement joue un rôle important dans la lutte contre le terrorisme, demandant depuis de nombreuses années un meilleur échange d’informations entre États membres et des actions coordonnées.


À la suite des attaques qui ont frappé la capitale belge il y a maintenant deux semaines, les députés de la commission des libertés civiles évoqueront jeudi 7 avril les moyens de mieux lutter contre le terrorisme.
« Les citoyens européens attendent à juste titre des mesures concrètes de leurs gouvernements et de l’UE pour lutter contre le terrorisme djihadiste », a souligné la vice-présidente du Parlement et députée démocrate socialiste française Sylvie Guillaume après la réunion extraordinaire des ministres européens de la justice et des affaires intérieures qui s’est tenue après les attaques.
Si le terrorisme n’est pas un phénomène nouveau, les attentats de Madrid en 2004 et de Londres en 2005 ont marqué un tournant décisif. Quelques mois plus tard, le Conseil a en effet adopté une stratégie de l’Union européenne visant à lutter contre le terrorisme.
Les attaques à Paris en janvier puis en novembre 2015 ont remis la problématique à l’ordre du jour. Le Parlement travaille actuellement sur deux propositions présentées par la Commission à la fin de l’année dernière : une directive sur la lutte contre le terrorisme qui demande par exemple des sanctions légales en cas de voyages à l’étranger à des fins de terrorisme, et une directive sur le contrôle de l’acquisition et de la détention d’armes.
Environ 5000 citoyens européens auraient rejoint des organisations terroristes en Irak et en Syrie. Le phénomène des combattants étrangers représente une menace pour la sécurité de l’Union européenne. Le Parlement a adopté en novembre dernier une résolution sur la prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens. Le texte propose des moyens visant à lutter contre l’extrémisme en ligne, dans les écoles mais aussi en prison. Les députés demandent par exemple que les détenus radicalisés soient séparés des autres détenus.
Les États membres doivent aller plus loin dans la coopération européenne et avec les pays tiers, soulignent régulièrement les députés. En décembre dernier, le Parlement et le Conseil sont parvenus à un accord concernant la directive sur les données des dossiers passagers (PNR européen). Cette mesure requiert une collecte, une utilisation et une rétention plus systématique de certaines données, comme par exemple les dates et itinéraires de voyage ou les informations de paiement.Le texte doit maintenant être approuvé par l’ensemble du Parlement en plénière, mais les députés insistent sur la nécessité de trouver un juste équilibre entre vie privée et sécurité. Certains groupes politiques souhaitent que le vote ait lieu en même temps que celui sur la protection des données, une fois le paquet adopté par le Conseil.Lors de la session plénière de mai, les députés se pencheront sur une capacité améliorée de l’agence Europol, l’office de police européen. Ils devraient aussi approuver une augmentation du personnel du centre de lutte antiterroriste au cours du mois d’avril.D’autres dossiers doivent être examinés par les députés au cours de ces prochains mois, notamment des rapports concernant le système européen d’information sur les casiers judiciaires et le code frontières Schengen.
Consultez notre temps fort pour rester informés des mesures prises par le Parlement pour faire face à la menace terroriste.

 

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume