FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Débat sur Toute l’Europe

Comment parler d’Europe ? c’était le thème du débat animé par Jules Lastennet et Christophe Préault auquel j’ai participé avec  Jean-Marie Cavada, membre de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), et ancien journaliste 

Européenne en papier

europeenne-version-papier

Chers lecteurs, vous êtes plusieurs milliers à être abonnés à ma newsletter, ma page facebook ou mon compte twitter. Vous êtes un peu plus nombreux chaque semaine, ce qui montre que l’Europe intéresse et c’est un encouragement qui compte pour moi. Pourtant, la communication numérique ne permet pas d’atteindre tous les publics, ne correspond pas à toutes les circonstances.

C’est pourquoi, comme l’an dernier, je publie une lettre en version « papier ». En voici un aperçu au format pdf.

Si vous pensez pouvoir m’aider à diffuser ce document dans un cadre associatif ou amical, n’hésitez pas à me le faire savoir. Une simple réponse par mail à contact@sylvieguillaume.eu, mentionnant le nombre d’exemplaires dont vous avez besoin et je vous les ferai parvenir très rapidement.

Les militants socialistes pourront aussi s’approvisionner auprès de leur fédération. Toutes celles de la circonscription vont en recevoir dans les prochains jours.

EuroPCom, la Conférence européenne sur la communication publique

europcom

Cette semaine je participais à l’ouverture de la 7ème édition de la Conférence européenne sur la communication publique, organisée par le Comité des Régions, devant près de 600 communicants et experts locaux, régionaux, nationaux réunis pour deux jours de rencontres.

Sous la thématique « Reflecting [on] Europe », les participants étaient invités à partager leurs points de vue pour encourager la communication sur l’Europe en se concentrant sur les enjeux politiques et sociétaux essentiels que sont la crise des réfugiés, l’investissement en Europe et la « narrative » eurosceptique.

Lire la suite

Le Parlement près de chez vous

europe près de chez vous

Dans une époque de crises multiples, l’Union européenne sert souvent de bouc émissaire. Une bonne part des attaques qu’elle subit repose sur la méconnaissance de son rôle et de son fonctionnement. La réponse à ces critiques passe donc par de l’information, de la pédagogie et une présence effective sur les territoires.
A côté des députés européens, c’est le rôle des bureaux d’information du Parlement.  
Leur action est détaillée dans ce petit film que je vous invite à découvrir.

Lire la suite

Européenne version papier – diffuseurs recherchés

européenne papier

 

La communication numérique, j’aime bien. Alors que les députés européens -sauf les « stars »- sont assez peu visibles, cela me permet d’être très régulièrement en contact avec plusieurs milliers de lecteurs chaque semaine, de vous donner des informations ou vous transmettre mes points de vue… tout en gardant une empreinte carbone raisonnable.

Lire la suite

Communication en panne : le Comité des Régions lance le débat

logo du Comité des Régions

Et si l’on changeait l’approche des institutions européennes sur la communication qu’elles produisent sur l’Europe ? C’est le pari lancé par Christophe ROUILLON, Membre du Comité des Régions, Maire de Coulaines et Vice-Président de l’Association des Maires de France, en charge de l’Europe, qui a présenté son projet d’avis « Reconnecter l’Europe à ses citoyens », le 22 septembre dernier, au Comité des Régions.

Il part du constat que l’Europe traverse une crise sans précédent de confiance des citoyens envers l’Europe et la politique en général, ce qu’illustre d’ailleurs le résultat des dernières élections européennes, ainsi que la montée sans précédent des eurosceptiques. C’est pourquoi il est plus qu’urgent d’agir pour réconcilier les citoyens avec l’Europe, en communiquant autrement, c’est-à-dire à tous les niveaux de pouvoir.

Comment procéder ? Le Comité des Régions propose aux autres institutions européennes de conjuguer leurs politiques et moyens de communication pour concevoir et lancer un plan de communication sur 5 ans, doté d’objectifs chiffrés et mesurables, pour améliorer les processus de prise de décision et mettre en place un dialogue plus démocratique, plus transparent envers les citoyens, dans la perspective des élections européennes de 2019.

Le but n’est pas de « répandre la bonne parole » depuis Bruxelles et de se limiter à des campagnes institutionnelles ou de dernière minute à la veille des élections, mais bien de déplacer le débat européen dans les villes et régions, au plus près ces citoyens, et de provoquer un débat participatif sur leurs attentes.

Parmi toutes ses propositions, une demande que 20% du budget de la communication européenne soit décentralisé à l’échelon national ou local, l’organisation de 500 « dialogues citoyens » un peu partout en Europe, en partenariat avec le Parlement européen et la Commission, dans des lieux symboliques et sur des dossiers sensibles pour les citoyens et le territoire concerné, le développement de dispositifs plus systématiques pour contrer le « Brussels-Bashing ». Relevons aussi qu’il faut cesser de passer sous silence les actions d’une Europe qui nous permet de réaliser ensemble des actions que nous serions incapables de mener seuls.

Enfin, autre point hautement symbolique, c’est la volonté que soient renforcées les obligations de communication qui incombent aux collectivités et autres structures en cas d’attribution de subventions européennes : au lieu de cacher dans un obscur parking d’un bâtiment la plaque indiquant le financement par l’Union européenne, rendons plus visible ce type de contributions qui sont trop souvent inconnues du grand public.

Pour ma part, je partage avec enthousiasme un grand nombre de ces points et m’efforcerai, en tant que Vice-présidente du Parlement européen en charge des questions de Communication et d’Information aux citoyens, de les amener dans nos discussions pour que nos décisions à venir soient véritablement à la hauteur des défis qui sont aujourd’hui devant nous.