FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Accord entre eurodéputés et gouvernements nationaux sur le projet WiFi4EU, qui rapproche l’UE du wifi gratuit pour tous

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 31 mai 2017

– – –

Tard dans la nuit du 29 mai, les négociateurs du Parlement européen et des gouvernements nationaux se sont mis d’accord sur un plan baptisé WiFI4EU (wifi pour l’Europe). Il s’agit de proposer la connectivité wifi gratuite dans les espaces publics comme les parcs, les places et les bâtiments publics, partout en Europe. L’accord prévoit la libération d’un montant global de 120 millions d’euros pour financer l’équipement, qui mettra à la disposition de 6 000 à 8 000 communautés européennes un wifi de haute qualité.

Lire la suite

Importations d’OGM : une proposition dangereuse

OGM

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement – Bruxelles –  Jeudi 22 avril 2015

La délégation socialiste française a pris connaissance de la proposition de réforme de la procédure d’autorisation d’importation des OGM dans l’Union européenne.

Les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux ont soutenu précédemment une procédure permettant à un État membre d’interdire sur son territoire la culture d’un OGM autorisé au niveau européen. Transposer cette possibilité pour les importations est, à nos yeux, une erreur : en effet, elle revient à renationaliser le marché, et donc vient en contradiction avec le marché intérieur. Cette décision serait non seulement contestée par le Cour de justice de l’Union européenne, mais aussi vraisemblablement par les instances de l’OMC.

Par ailleurs, cela n’empêcherait probablement pas des détournements commerciaux et donc une présence de matières premières issues d’OGM dans les pays qui en refuseraient l’importation. Rien ne serait véritablement contrôlable quant à l’utilisation des OGM dans l’alimentation animale par exemple… L’inévitable pagaille qui en résulterait ne devrait pas donner l’occasion aux pro OGM de remettre en cause la législation récente et durement acquise sur la possibilité donnée aux États membres de restreindre ou d’interdire la culture des OGM sur leur territoire.

Lors des débats parlementaires, nous serons vigilants sur ces points et nous nous mobiliserons pour répondre à l’attente principale des citoyens : la transparence, via un étiquetage indiquant clairement la présence ou non d’OGM.