FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Sommet UA-UE : un pas en avant, mais la jeunesse et le développement pris en otage par l’émergence migratoire

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 30 novembre 2017

– – –

Le Sommet entre l’Union Africaine et l’Union Européenne devait être historique, mais il n’a pas tenu toutes ses promesses. Le Groupe S&D salue les décisions prises à Abidjan pour secourir les migrants en Libye, mais elles arrivent bien tard. Le plan d’action annoncé en Côte d’Ivoire doit être immédiatement mise en œuvre pour mettre un terme à une gestion chaotique de la crise migratoire qui, à notre grand regret, a pris en otage l’agenda d’un Sommet où la jeunesse, le développement, les investissements et la sécurité devaient au cœur des discussions entre l’UA et l’UE.

Lire la suite

Grèce : enfin, un vrai soulagement. Mais après ?

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Strasbourg le 16 juin 2017

– – –

En une phrase : cet Eurogroupe aboutit enfin au résultat positif tant attendu, ce qui en soit est une bonne nouvelle.

Les Européens ont reconnu les efforts faits par les Grecs, et ont débloqué la tranche de prêt de 8,5 milliards d’euros dans le cadre du troisième plan d’aide en cours. Cette décision était indispensable pour ne pas replonger dès cet été la Grèce et l’Euro dans la tempête.

Lire la suite

Gouvernance économique : le dialogue remplace la sanction

commission 2

Communiqué de presse de la délégation socialiste française – Bruxelles – mercredi 13 mai 2015

Dans le cadre du semestre européen, la Commission européenne a présenté, aujourd’hui, ses propositions de « recommandations spécifiques par pays » fondées sur l’appréciation, par la Commission européenne, de la politique économique, du budget et des réformes de chacun des États membres.

A l’issue de cette présentation, Pervenche Berès a réagi :

« A la menace du bâton, qui a longtemps prévalu, succède une approche plus constructive avec un esprit de dialogue. C’est un pas que je salue. Ces recommandations tiennent compte des réformes déjà engagées par le gouvernement français. Autre point positif : elles s’attaquent aussi à la lutte contre l’évasion fiscale, car pas moins de 17 États membres font l’objet de recommandations sur ce sujet. Enfin, tous les déséquilibres sont pointés, notamment ceux de l’Allemagne : la Commission européenne appelle Mme Merkel à renforcer les investissements dans les infrastructures, la recherche et l’éducation. Le déficit d’investissements, quand on a les moyens, est déstabilisateur pour l’ensemble des Etats membres : il est bon que cette évidence soit enfin rappelée ! »

« Avec ce changement de méthode, qui va dans la bonne direction, l’approche européenne doit être complétée pour ne pas se concentrer d’abord sur le respect des règles dans chacun des pays, car alors on perd la vision économique globale. Avant de décliner ses propositions de recommandations pour chacun des États membre, la Commission doit avoir une analyse globale de la situation budgétaire et des perspectives dans la zone euro. C’est de cet exercice que doivent découler les stratégies économiques de chaque pays. C’est tout le sens du débat qui est engagé sur la réforme de l’Union économique et monétaire » conclut Pervenche Berès.