FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Lettre conjointe de Gianni Pittella et Ska Keller au Conseil européen : « cessez de bloquer la réforme de l’accord de Dublin et ouvrez des canaux légaux pour migrants et réfugiés »

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 19 juin 2017

– – –

Dans l’attente de la prochaine réunion du Conseil européen, prévu les 22 et 23 juin, les Groupes S&D et Verts/ALE du Parlement européen ont envoyé une lettre ouverte conjointe au président du Conseil européen, Donald Tusk, ainsi qu’aux chefs d’État et de gouvernement de l’UE. Ils leur demandent de s’atteler immédiatement à la réforme de l’accord de Dublin et à l’ouverture de canaux légaux pour les migrants et les réfugiés.

Lire la suite

Partenariat UE-Libye

Depuis la mise en œuvre de la désormais « célèbre » Déclaration UE-Turquie, la Commission, et le Conseil semblent souhaiter la reproduction de ce modèle pour repousser les migrants toujours plus loin de l’Union européenne. Si les termes de la coopération prévue avec la Libye et présentés fin janvier sont quelque peu différents, la logique demeure la même : l’externalisation de la politique migratoire européenne. Il est ici question de renforcer les capacités de la Libye en termes de contrôle des frontières via la formation de ses garde-côtes, tout en développant ses capacités et ses conditions d’accueil des migrants.

Lire la suite

Unir nos forces en Méditerranée

Programme-MED-INTERREG-Sylvie-Guillaume

Enfin du changement pour la politique de cohésion de l’Union européenne. Le programme MED a été approuvé par la Commission le 3 juin 2015. La programmation des projets transnationaux est à mon sens un exemple d’évolution positive des institutions européennes depuis le début de la législature. Sur la période 2014-2020, 275 millions d’euros seront investis pour encourager la coopération des régions des Etats membres du bassin méditerranéen avec trois très proches voisins : la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et l’Albanie.

La nouvelle approche du financement des politiques régionales met l’accent sur la territorialité des aides. En clair, il s’agit d’une coopération plus directe entre les régions afin d’éviter la simple distribution verticale des fonds depuis Bruxelles. Cela permet de mieux cibler les investissements et une évaluation plus fine des résultats attendus.

Dans le cas présent, les fonds engagés auront des incidences sur les aspects suivants :

– Encourager l’innovation dans les secteurs de la croissance verte et bleue, l’industrie culturelle et l’économie sociale.

– Doubler le nombre de programmes de gestion énergétique des bâtiments publics.

– Accroître l’accès à l’utilisation des transports durables comme les transports en commun.

– Permettre un tourisme plus respectueux de l’environnement et de l’équilibre des zones côtières notamment.

Les trois pays situés aux portes de l’Union présentent toujours d’énormes difficultés structurelles malgré le boom de certains secteurs économiques à l’image du tourisme. Les taux de chômage, par exemple, y sont toujours particulièrement élevés : 27,5% pour la Bosnie-Herzégovine, 19,5% pour le Monténégro et 17,7% pour l’Albanie. Il est dans l’intérêt de l’Europe de construire, à travers sa politique de cohésion, un espace stratégique stable tant sur le plan économique que social. L’espace méditerranéen cristallise bien ces enjeux. Ce programme de la Commission est une véritable opportunité de replacer le centre de gravité de l’Union plus au sud afin que la méditerranée ne soit plus simplement perçue comme une barrière infranchissable, un tombeau à ciel ouvert, mais comme un pont pour porter les valeurs européennes ainsi que le progrès économique et social au service des peuples.

Conseil européen sur les migrations : le combat pour défendre une politique européenne ambitieuse continue !

migrants 2

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement – Bruxelles –  vendredi 24 avril 2015

« La situation en Méditerranée est dramatique. Cela ne peut pas durer ». C’est par ces mots que le président du Conseil européen Donald Tusk convoquait hier un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne.

Les résultats de cette réunion sont-ils à la hauteur de l’urgence humanitaire qui se joue aux portes de l’Europe ? À la lecture de ses conclusions, il est permis d’en douter, mais cette déception n’est finalement pas très surprenante.

Elle ne l’est pas parce que tout simplement, cela fait des années que ces drames se répètent inlassablement. Les solutions concrètes existent pourtant, elles aussi, depuis des années. Malheureusement, l’ensemble de ces mesures sont mises en échec par des États membres qui ne se situent pas dans la logique de solidarité.

La réunion des ministres des Affaires étrangères et intérieures, convoquée en urgence ce lundi, nous en avait déjà donné un avant-goût. Si le Plan de dix actions, proposé à cette occasion par la Commission européenne, constituait une première étape dans la recherche de solutions, il apparaissait déjà déséquilibré, axé sur les aspects de surveillance et de contrôle et trop modeste sur les aspects de protection et de solidarité.

Comme un disque rayé, le Conseil européen a ainsi privilégié les mêmes recettes minimalistes. L’échec des politiques passées ne semble pas avoir entamé sa réflexion.

  • Nous demandions la mise en place d’un mécanisme efficace de sauvetage en mer, c’est un renforcement a minima des opérations Triton et Poséidon menées par Frontex qui a été décidé ; certes, le budget alloué de 9 millions par mois correspond à celui consacré à l’opération italienne Mare Nostrum, mais sans un mandat clair et proactif sur ses capacités de recherche et de sauvetage.
  • Nous demandions la création ou le renforcement de voies légales permettant aux personnes ayant besoin de protection de rejoindre l’Europe, c’est un projet pilote volontaire de réinstallation qui a vu le jour, sans propositions concrètes sur le nombre de places offertes. Au-delà de cette promesse dérisoire, les conclusions ne disent pas un mot sur les admissions à titre humanitaire, les visas ou bien encore le regroupement familial.
  • Nous demandions l’application d’un mécanisme effectif de solidarité intra-européenne pour réduire la pression migratoire dans certains États membres, le résultat est quasiment inexistant : outre une assistance d’urgence renforcée, on se borne seulement ici à examiner les possibilités d’examen de l’examen d’un système de répartition des migrants entre les États membres.
  • Nous demandions une coopération renforcée avec les pays d’origine et de transit selon des termes clairement définis et équilibrés, le Conseil européen ne tarit pas ici de propositions sur le sujet, mais malheureusement, cette coopération semble principalement axée sur la surveillance de leurs frontières, le renforcement de leurs capacités d’accueil et sur la réadmission des migrants déboutés.
  • Nous demandions une lutte renforcée contre les trafiquants, là aussi, le Conseil européen prévoit toute une panoplie d’actions, de la nécessité de renforcer les poursuites judiciaires contre les trafiquants à l’élimination des stocks de navires à leur disposition, mais les solutions envisagées laissent craindre une quasi-militarisation des mesures engagées.

Le 13 mai prochain, la Commission européenne présentera un agenda européen sur les migrations, espérons que l’Europe et ses États membres pourront alors s’inscrire à la session de rattrapage ! Il est urgent que l’Union européenne et ses États membres construisent une politique européenne commune responsable et solidaire qui n’emprunte ni aux discours sensationnels de la peur, ni à ceux teintés d’angélisme. C’est ce nouveau cap que les Socialistes européens continueront à défendre pour mettre en œuvre une politique migratoire à la hauteur des valeurs et des enjeux européens.

Médias et migrants : des clefs pour mieux comprendre

médias et migrants

Si vous n’en aviez pas encore une vision claire, vous avez en ce moment l’occasion de vous pencher sur le drame des migrants qui se joue en Méditerranée. Des émissions spéciales et des articles de fonds se sont multipliés ces derniers jours. Parce que comprendre est un premier pas dans la recherche de solutions, je me félicite de cette activité médiatique. Le drame du dimanche 19 avril aura – quelle cruelle ironie ! – permis au moins cela…

Pour un point de vue politique, je vous propose une série d’émission TV. J’ai été sollicitée toute cette semaine par différents médias (Canal +, iTélé, LCI). D’autre part, la délégation des députés socialistes au Parlement européen s’est exprimée collectivement dans une tribune à paraitre dans le Huffington Post.

D’autre façons d’aborder cette question sont possibles, proposées par des sites de qualité comme le Monde, terra éco et la BBC. Je vous propose donc trois visites non conventionnelles :

Vue sur le site du Monde, cette vidéo montre l’évolution des flux sur une carte animée

Des chiffres encore mais sous forme d’infographie proposée par terra eco

Enfin, sur le site de la BBC, un « jeu » de rôle déroutant mais qui permet de toucher du doigt le drame humain qui est en œuvre. Je vous le recommande tout particulièrement (attention, en anglais uniquement mais très abordable avec quelques notions scolaires)

syrian journey

Cliquer sur l’image pour accéder au site de la BBC et commencer votre « voyage »

 

Interview dans le Grand Décryptage sur iTélé

Screenshot_iTélé

Parmi les nombreuses éditions spéciales sur le drame des migrants en Méditerranée, celle de iTélé présente un panorama de la situation assez complet d’une trentaine de minutes. Sollicitée pour apporter une parole d’élue européenne, je n’ai malheureusement pu être présente mais interviewée par téléphone, j’interviens à plusieurs reprises pour préciser les rôles respectifs des institutions européennes, des États membres, et même mon rôle personnel sur le mode un peu provocant du « à quoi servez-vous ? »

En plateau, deux autre invités à ce débat: Jean-François Dubost, d’Amnesty Inetrnational et Claire Rodier du GISTI.

 

Nevertheless, it is significant not to get into too often point writing keywords and phrases are the outdo resolution. new essay reviews But thither are request for Rent, you flavour want shape us It doesnt weigh what they are at this spot

Interview dans la Nouvelle Édition sur Canal +

LNE Canal

Le drame qui a eu lieu en Méditerranée, avec le décès de sans doute 800 migrants, dimanche 19 avril, a provoqué un électrochoc dans l’opinion. Par son ampleur, il a amené la plupart des médias à réagir de façon marquée et à interpeller l’Europe, à interroger les politiques européennes. J’ai ainsi été sollicitée par Canal + pour son émission de la tranche 12-14H, intitulée la Nouvelle Édition et animée par Ali Badou. Philippe Leclerc, porte-parole du Haut Commissariat aux réfugiés en France était également invité.

En commission : débat sur les migrations et la situation en Méditerranée

Screenshot_LIBE

Ce mardi à Bruxelles, la Commission LIBE organisait un débat en présence du commissaire en charge des migrations et des affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, sur la situation en Méditerranée et sur la nécessité d’une approche globale européenne de la question des migrations.

Ce n’est évidemment pas la première fois que ce sujet est discuté. Mais en revanche, il s’agissait du premier échange de vues sur un rapport du Parlement actuellement en préparation qui devrait être finalisé en décembre 2015. Ce travail du Parlement est crucial, et ce à double titre.
Tout d’abord, d’un point de vue institutionnel. Alors que la Commission européenne et le Conseil ont présenté une série d’actions à mener, notamment dans le cadre de la Task-force pour la Méditerranée, il est indispensable que le Parlement adopte à son tour une stratégie davantage proactive. En ne se bornant pas à réagir aux diverses communications de la Commission ou bien encore aux Conclusions du Conseil, le Parlement doit affirmer dans le débat migratoire son rôle de force de propositions.

Et d’un point de vue substantiel, muni des résultats et recommandations de ce travail d’enquête, le Parlement doit proposer une autre politique migratoire pour l’Europe qui aborde ces questions selon une approche globale et transversale en intégrant : les voies légales de migration, l’accès effectif aux procédures d’asile et le développement d’alternatives pour les personnes en quête de protection internationale ; un partenariat renouvelé avec les pays tiers sur la base d’une coopération d’égal à égal et d’une interaction mutuellement profitable.

De mon côté, comme vous le verrez ici, j’ai suggéré au commissaire Avramopoulos et aux différents députés en charge du rapport de pleinement considérer le rôle joué par les villes sur les questions de migration en général et de l’asile en particulier. Les expériences des villes européennes ne peuvent qu’enrichir le débat de manière utile et concrète.

 

Interview par France Info sur les migrants clandestins

france info

J’ai été interviewée par Anja Vogel de France Info dans le cadre de l’émission En direct de l’Europe ce dimanche 8 mars. L’article correspondant à l’émission est en ligne ici.

L’interview est disponible en cliquant ici ou sur l’image ci-dessous (lecteur en fenêtre pop up).

Screenshot_player_france_info

 

Interview sur Forum, émission de la radio suisse romande le 31janvier 2014

logo_rts

La marine italienne a ramené sur la côte 900 migrants qui étaient entassés dans le navire-cargo Blue Sky en perdition. Quatre personnes ont été retrouvées mortes. La marine grecque avait pourtant inspecté le bateau au large de Corfou sans rien y trouver de suspect et l’avait laissé continuer sa route. C’est le point de départ d’une interview réalisée sur Forum, émission de la radio suisse romande le 31 janvier 2014.