FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Le Parlement européen au chevet des abeilles

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen –Bruxelles, le 01 mars 2018 

_ _ _

Le Parlement européen a adopté ce jeudi 1er mars son rapport sur les perspectives et défis pour le secteur apicole de l’Union européenne. Alors que les abeilles et la filière apicole sont aujourd’hui gravement menacées, les eurodéputés demandent une meilleure valorisation des services rendus par les pollinisateurs.

Lire la suite

Les S&D demandent l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles qui menacent la biodiversité

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 28 février 2018 

_ _ _

Ce 28 février, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) publiait un rapport d’évaluation des risques, qui confirme que certaines substances contenues dans des pesticides – les néonicotinoïdes clothianidine, imidaclopride et thiamethoxam – tuent les abeilles et d’autres pollinisateurs.

Lire la suite

La vacance de M. Hulot

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Strasbourg, le 4 juillet 2017

– – –

Après son ambiguïté sur les néonicotinoïdes, le gouvernement de M. Philippe s’illustre à nouveau en acceptant le projet très controversé de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens.

La délégation française du groupe S&D dénonce avec force le revirement de M. Hulot sur le sujet, et cela avec d’autant plus que notre pays avait jusqu’à présent mené avec fermeté cette bataille contre les lobbys de la chimie en Europe.

Lire la suite

Néonicotinoïdes tueurs d’abeilles : le Gouvernement Macron doit assumer ses choix, l’Europe ne servira pas de bouc-émissaire !

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Bruxelles le 26 juin 2017

– – –

M. Travert, nouveau Ministre de l’Agriculture, a sous-entendu ce matin que la France pourrait revenir sur l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles : les néonicotinoïdes. Cette interdiction est pourtant l’une des avancées majeures en matière de protection de la santé et de l’environnement du quinquennat précédent et nous nous insurgeons contre ce retour en arrière dans la défense de la biodiversité. Cela d’autant plus que cette interdiction n’a pas occasionné depuis 2013 de réduction des surfaces emblavées ni des rendements.

Lire la suite