FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Interdiction des pesticides sur les SIE : Soyons (éco)logiques !

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Strasbourg le 14 juin 2017

– – –

Sous l’impulsion des sociaux-démocrates, le Parlement européen a aujourd’hui voté pour l’interdiction des pesticides dans les surfaces d’intérêt écologique. Nous nous félicitons de cette victoire, et nous saluons l’action déterminée d’Eric Andrieu et de Jean-Paul Denanot.

Maintenir les pesticides dans les surfaces d’intérêt écologique ? La droite européenne ne voyait pas d’incohérence !

Pour la Délégation Socialiste Française, il est urgent de favoriser une agriculture durable qui préserve la biodiversité et protège la santé des Européens. Cela passe par une réduction de la place des pesticides et leur interdiction sur les surfaces d’intérêt écologique (SIE). Ces dernières représentent moins de 8 % des terres arables en Europe.

Lire la suite

Enquête sur l’avenir de la PAC

Comment faire de la concertation à 500 millions ? Sur cette question, la Commission européenne trébuche parfois tout en menant régulièrement des consultations auprès des citoyens. La dernière en date concerne la politique agricole commune (PAC) et en voici un aperçu.

Lire la suite

Monsanto Papers : la Commission européenne doit agir vite

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Bruxelles le 18 mars 2017

– – –

C’est bien connu, « à Bruxelles, personne ne vous entend crier ». Depuis des années, les eurodéputés socialistes et radicaux alertent sur la menace que constituent les perturbateurs endocriniens, et notamment le glyphosate. En vain jusqu’à présent. Depuis des années également, nous dénonçons le fonctionnement de certaines agences européennes, qui sont entre les mains des lobbys.

Lire la suite

Interview sur Alpes 1

Retrouvez mon interview pour l’émission « Au Bout de l’Actu » sur Alpes 1.

J’y parle de ma position sur le CETA, de la PAC et de la question des loups mais aussi des mensonges sur l’Europe qui sont véhiculés par certains partis, notamment le Front National, dans la course à la Présidence française.

La volatilité des prix, c’est le résultat de la dérégulation de la PAC voulue par la droite !

pac

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Strasbourg le 14 décembre 2016

– – –

Le Parlement européen a adopté, mercredi 14 décembre, à une large majorité (445+, 148-, 89 abst.), une résolution sur les outils de la PAC permettant de réduire la volatilité des prix sur les marchés agricoles.

La volatilité n’est ni une fatalité, ni une norme ! Elle est la conséquence d’une politique libérale, voulue par la droite, pour satisfaire et enrichir certains de leurs électeurs de droite. C’est la juxtaposition de l’agriculture et des marchés, la financiarisation de l’économie au détriment de la sécurité alimentaire, celle qui fait qu’aujourd’hui des entreprises comme Bayer rachètent Monsanto.

Lire la suite

Les eurodéputés S&D proposent des mesures pour stimuler l’emploi et l’inclusion dans les zones rurales

Les eurodéputés S&D souhaitent que l’Union européenne prenne des mesures pour arrêter la perte constante d’emplois dans le secteur agricole: entre 2005 et 2014 près d’un quart (-23,6%) de la main-d’œuvre agricole a disparu dans l’UE.

Aujourd’hui, la commission de l’Agriculture du Parlement européen a soutenu les propositions du socialiste français Eric Andrieu sur la façon dont la politique agricole commune (PAC) peut contribuer à créer des emplois dans les zones rurales.

Lire la suite

Eric Andrieu : pour l’agriculture, « le mythe de la mondialisation atteint ses limites »

Andrieu
Eric Andrieu, eurodéputé socialiste et vice-président de la commission de l’Agriculture et du Développement rural au Parlement européen, répondu aux questions de « Toute l’Europe » sur les difficultés actuelles du secteur agricole.

Lire la suite

La fin des quotas laitiers ne doit pas être la fin d’une politique laitière européenne

lait

Communiqué de la délégation socialiste française – Strasbourg – mardi 7 juillet 2015

Le Parlement européen a dressé aujourd’hui le bilan du « paquet lait », alors que les quotas laitiers n’existent plus depuis le 31 mars dernier.

Les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux se sont toujours opposés à la fin des quotas laitiers. Pour nous, il s’agissait du système de régulation publique de l’offre permettant à la fois une maîtrise efficace de la production indispensable au maintien des prix et des revenus, et un maintien de nombreuses exploitations à taille familiale sur tous les territoires.

Malheureusement, lors des réformes de la PAC de 2003 et 2008, la droite a décidé de libéraliser le secteur du lait et mis fin aux quotas laitiers : depuis le 31 mars dernier, plus rien ne s’oppose au mouvement de concentration géographique de la production sur le territoire. Ce sont les exploitations familiales, de taille moyenne et isolées qui sont les plus menacées.

Les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux veulent que soient garantis les revenus des agriculteurs et que la protection laitière reste équitablement répartie sur tous les territoires : la fin des quotas laitiers ne doit pas être la fin d’une politique laitière européenne !

Pour nous, il incombe à la Commission européenne de garantir un prix minimum aux producteurs et d’assurer une répartition de la production sur l’ensemble des territoires, et plus particulièrement des plus fragiles d’entre eux. Plusieurs propositions figurent dans le rapport voté aujourd’hui : contrôle de l’offre, outils de gestion des crises et de lutte contre la volatilité des prix, renforcement du pouvoir de négociation des producteurs au travers des organisations de producteurs, amélioration des contrats de la politique du paquet lait en les rendant obligatoires dans tous les Etats et en y intégrant des clauses obligatoires pour que les acheteurs ne soient pas les seuls à en dicter le contenu, lutte contre les pratiques déloyales dans la chaîne alimentaire impliquant en particulier la grande distribution, aide à la constitution de circuits courts, aides à l’investissement, rééquilibrage des aides de la PAC… parce que laisser seul le marché serait une erreur, la Commission européenne doit s’en saisir, et plus particulièrement à l’occasion de la crise que vivent les producteurs !

 

Intervention en plénière d’Eric Andrieu :

 

Intervention en plénière de Jean-Paul Denanot :