FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Orbán transforme la Hongrie en régime illibéral – le PPE doit se réveiller et expulser le Fidesz, déclare Pittella

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 26 avril 2017

– – –

Le parlement européen a consacré un débat en plénière à la situation de la démocratie en Hongrie.

À cette occasion, Gianni Pittella, président du Groupe S&D, a déclaré ceci :

« M. Orbán transforme la Hongrie en régime illibéral et non démocratique. Ce faisant, il trahit sa population et l’histoire de ceux qui ont combattu et sont tombés pour la liberté et la démocratie dans son pays. Après avoir étranglé l’indépendance des médias, Orbán tente à présent de réduire au silence un symbole exceptionnel de la liberté de pensée et d’expression : la Central European University (université d’Europe centrale). Nos pires inquiétudes concernant cette dérive illibérale deviennent réalité. »

« Dans ces conditions, le Parlement européen dans son ensemble a le devoir moral de dénoncer et condamner cette situation scandaleuse. Or, aujourd’hui M. Orbán a démontré son arrogance. Le parti PPE a le devoir politique de réagir et de condamner enfin les attaques d’Orbán contre la démocratie. Une fois de plus nous demandons à M. Weber : que doit-il se passer en Hongrie pour que vous vous réveilliez et trouviez le courage de sanctionner la conduite de M. Orbán ? Quoi d’autre doit-il se passer avant que vous décidiez à expulser le Fidesz et Orbán de la famille PPE ?”

« Au demeurant, tout le monde ne ferme pas les yeux, au sein de Groupe PPE. Tout le monde ne transige pas sur ses valeurs démocratiques. M. Weber, suivez l’exemple de vos collègues courageux et mettez fin à cette situation. Vous ne pouvez pas garder le silence. »

« Dans ce contexte, nous avons demandé à la Commission européenne de prendre des mesures et elle l’a fait. Toutefois, le dialogue politique avec le gouvernement hongrois ne doit être que le premier pas. Si Orbán ne change pas de cap, la Commission doit être prête à le sanctionner et à déclencher éventuellement l’article 7. La Commission européenne partage la responsabilité politique et morale de la situation ! »

« Nous voulons dire clairement à la population hongroise que ce n’est pas l’Europe qui s’oppose à la Hongrie ; ce n’est pas l’Europe qui attaque vos journaux, qui ferme des ONG indépendantes et détruit vos universités. L’Europe est votre maison, et vous êtes au cœur de l’Europe. Nous devons serrer les rangs pour combattre cette dérive autoritaire qui sape la démocratie, non seulement en Hongrie mais partout en Europe. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume