FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Ouverture de la Maison de l’Histoire européenne : quand Histoire et Politique peuvent faire bon ménage

 

En 2007, le Président du Parlement européen, Hans-Gert Poettering lançait le projet de création d’un Musée de l’Histoire européenne. Le parcours pour parvenir jusqu’à l’inauguration à laquelle je participais cette semaine, n’a pas été un long fleuve tranquille.

Quelle idée en effet de vouloir mêler l’histoire avec la politique ? Un travail de mémoire est-il compatible avec les activités d’un organe politique comme le Parlement européen ? Quelle garantie avoir que ce qui est présenté ne visera pas à défendre une version orientée ou biaisée de l’Histoire commune des Européens qui fait débat entre les historiens eux-mêmes ?

Bref, l’accueil d’un tel projet a, à l’époque, été particulièrement frileux, sans compter les polémiques et critiques émises sur les bancs eurosceptiques qui n’ont pas hésité à avancer l’argument du coût budgétaire d’un tel projet pour le dénigrer sans limite.

Pourquoi alors un tel projet valait la peine d’être mené jusqu’au bout ? Justement pour montrer aux citoyens européens qu’ils partagent une histoire commune et qu’elle trouve à s’exprimer dans le quotidien de tous. Or face à certains replis nationalistes, cette piqûre de rappel est plus que vitale.

Ce que proposera la Maison de l’Histoire européenne à partir du 6 mai prochain à Bruxelles, dans le très beau parc Léopold qui borde le Parlement européen, c’est une exposition permanente sur l’histoire de l’Europe centrée sur la période contemporaine (de la fin du 19ème siècle à nos jours). Elle plongera les visiteurs dans les racines de l’Europe, les événements de l’histoire politique, économique, sociale et culturelle, qui ont contribué à façonner son visage actuel. Elle permettra de répondre aux questions qui se posent sur l’Union européenne : y-a-t-il une identité commune ? pourquoi en est-on arrivé à vouloir « construire » une Union européenne ? La particularité de ce Musée est qu’il présentera un point de vue européen « panoramique » et pas différentes histoires nationales.

Pour y parvenir, le Parlement européen a recruté une équipe de chercheurs, historiens, muséographes qui s’attellent à la tâche depuis 2011, dans un cadre d’indépendance scientifique totale, sous la direction de l’historienne et muséologue slovène Taja Vovk Gaal.

Au menu : des visites guidées multimédias, des ressources pédagogiques, des ateliers et séminaires feront de cette visite une expérience unique. Des objets anciens et des répliques plongeront le visiteur dans des environnements interactifs qui feront appel à différents sens comme la vue, l’audition, le toucher et même l’odorat : une occasion de découverte concrète de notre histoire. En outre, cette visite sera complémentaire avec celle du Parlamentarium qui, lui, présente les réalisations de la construction européenne et de l’Europe en train de se faire.

Pour la petite histoire, le Musée a été installé dans un ancien institut dentaire pour les enfants défavorisés datant de 1935 : dans ce lieu, vous ne manquerez donc à n’en pas douter d’informations pour pouvoir croquer à pleine dent l’Europe !

Enfin, pour préparer votre visite, n’hésitez pas à consulter le site internet dédié à la Maison : elle est gratuite et accessible dans les 24 langues officielles de l’Union européenne 7 jours sur 7.

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume