FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Persécutions à l’égard des personnes LGBTI en Tchétchénie

Le 17 mai prochain nous célèbrerons la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Cette célébration sera marquée par l’ombre terrifiante des évènements dramatiques qui se déroulent en Tchétchénie.

Cette petite république russe située dans le Caucase, déjà très éprouvée par plusieurs guerres d’indépendance, est dirigée d’une main de fer par Ramzan Kadirov depuis plus d’une décennie. Cet homme, dont la réputation sanguinaire n’est plus à faire, a le soutien absolu du Kremlin. Ainsi, les arrestations et disparitions forcées d’opposants, de militants des droits de l’Homme, de journalistes sont courantes dans cette partie du pays et demeurent impunies.

S’ajoute à ce climat déjà délétère, le vote en 2014 d’une loi homophobe qui pénalise « la propagande homosexuelle devant mineurs », et interdit de facto toute manifestation pour les droits des homosexuels.

C’est dans ce contexte d’homophobie généralisée qu’a eu lieu l’arrestation, en avril dernier, d’une centaine de personnes homosexuelles en Tchétchénie. Ces hommes ont été détenus dans des conditions effroyables, et victimes de torture qui ont entrainé la mort d’au moins trois d’entre eux. Ceux qui ont fini par être libérés ont été ramenés à leurs familles et les autorités leur ont demandé de « s’occuper d’eux ». Ce qui signifie en clair les tuer pour laver l’honneur de la famille.

Face à ces crimes homophobes, nous devons réagir fermement. Les victimes doivent être mises en sécurité et une enquête doit être menée pour faire la lumière sur ces évènements odieux. L’Union européenne doit exercer une pression sévère sur les autorités russes pour mettre fin à ces atrocités mais aussi d’inciter les États membres à accueillir ces victimes.

Membre de l’Intergroupe LGBT au sein du Parlement européen depuis 2009, je ne cesserai de me battre pour que les personnes LGBTI en Europe et au dehors soient protégées de la haine, des discriminations et des violences.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume