FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

#PlenPE : les thèmes phares de la Plénière d’Octobre

 plenpe

 

L’approbation de l’Accord de Paris par le Parlement Européen Mardi 4 Octobre a constitué un moment européen – sinon mondial- fort de cette semaine. Cela étant dit, d’autres sujets, notamment le désastre humanitaire qui se joue à Calais et la lutte des femmes polonaises pour la libre utilisation de leur corps, méritent également tout notre attention. Je vous propose donc une synthèse des principaux thèmes abordés lors de la Plénière qui vient de se terminer.

Accord COP21

Afin de rester dans la course et de participer aux prochaines étapes de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, les ministres de l’environnement des 28 Etats Membres de l’Union Européenne ont trouvé un accord afin que ce traité historique puisse être ratifié par l’Union Européenne avant de l’être par chacun des Etats membres – un processus qui, peut prendre un certain temps. La dernière étape consistait en l’approbation par le Parlement Européen. C’est chose faite et c’est historique ! Jamais un accord international n’aura été ratifié aussi rapidement et avec l’Union Européenne, le seuil minimum de 55 pays signataires représentant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre est atteint. L’accord de Paris et la lutte contre le changement climatique peut donc commencer et s’intensifier!

Sur le sujet, voici le communiqué de la délégation socialiste française :

COP 21 : une avancée décisive pour une entrée en vigueur rapide !

Et l’intervention de mon collègue Gilles Pargneaux

« Marrakech doit être la COP de l’action ! »

 

L’état des réformes structurelles en Grèce

La dette grecque a fait couler beaucoup d’encre et avec mes collègues du groupe des socialistes et démocrates du Parlement Européen, nous craignions tous pour ce berceau de l’Europe au bord de la faillite. Les réformes difficiles qui ont été menées  par le gouvernement grec d’Alexis Tsipras ainsi que l’engagement pris par les créanciers de débloquer de nouveaux prêts sont de bonne augure. Lors du débat sur ce sujet qui s’est tenu à Strasbourg, Pervenche Berès, Présidente de la Délégation Socialiste française au Parlement Européen, a réitéré un appel que nous portons depuis plusieurs années : la dette grecque est insoutenable et un allègement de celle-ci est nécessaire pour que ce pays ne courbe pas sous le poids de l’austérité.

Les interventions en plénière de Pervenche Berès, d’Isabelle Thomas et Jean Paul Denanot de la DSF

« la dette grecque est insoutenable »

« l’agenda doit porter sur l’allégement de la dette grecque »

« Je souhaite saluer le travail du gouvernement grec dans le but de redresser la situation »

 

Conflits d’intérêts

J’ai déjà, à plusieurs reprises, partagé mon écoeurement quant aux derniers scandales qui ont éclaboussé la Commission Européenne – et l’Union Européenne ipso facto. J’attendais donc les débats qui ont eu lieu cette semaine avec la Commission Européenne et avec l’ensemble de mes collègues du Parlement Européen sur les conflits d’intérêts des membres, anciens ou actuels, de la Commission avec impatience. A cette occasion, avec mes collègues eurodéputé(e)s socialistes français(e)s nous avons affirmé nos positions clairement :

  • Nous demandons une enquête complète sur les activités pour le moins douteuses de M. Barroso et de Mme Kroes
  • En nous basant sur l’article 245 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne, nous avons de plus lancé une initiative parlementaire visant à retirer à M. Barroso le droit à sa pension
  • Enfin, nous militons également pour une révision du code de conduite qui prévoit qu’un ex-Commissaire ne peut pantoufler avant une période de 18 mois après la fin de son mandat. Nous voulons que cette période soit revue à la hausse et passe à 5 ans, la durée d’un mandat complet au niveau européen.

Je vous invite à lire le Communiqué de la DSF à ce sujet :

Kroes, Barroso, et tous leurs bienfaiteurs nous trouveront sur leur chemin

Et à découvrir les interventions de mes collègues Virginie Rozière et Pervenche Berès

La Commission doit saisir la Cour de justice pour les cas de Mme Kroes et de M. Barroso

On ne peut pas avoir porté l’intérêt général européen et aller ensuite travailler pour Goldman Sachs

 

Droits des femmes en Pologne

L’introduction en Pologne d’un projet de loi visant l’interdiction complète de l’avortement et portant ainsi hautement atteinte aux droits des femmes a été suivi de vives réactions, au Parlement Européen et notamment au sein de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates. Grâce à notre mobilisation, nous avons réussi à faire du droit des femmes en Pologne un sujet de débat clef de cette Plénière d’Octobre où nous avons demandé à la Commission Européenne à ne pas fléchir jusqu’au retrait total de ce texte liberticide.

Le week-end précédant la plénière, une délégation de députés socialistes & démocrates se sont déplacés en Pologne et ont manifesté aux côtés des Polonais et Polonaises. Puis Lundi, en signe de soutien aux femmes polonaises se battant pour leurs droits, nous étions tous habillés en noir.

Jeudi, nous apprenions que le Parlement polonais avait finalement reculé devant les mobilisations nationales et internationales. Belle victoire pour les femmes polonaises, à confirmer dans les prochaines semaines…

Voici le communiqué de la Délégation française socialiste à ce sujet :

Pologne : mon corps mon choix ! moje ciało mój wybór !

Une vidéo réalisée lors du déplacement de la délégation S&D avec Marie Arena

S&D MEPs at Pro-choice Protest in Warsaw

 

Calais

La situation humanitaire dramatique qui se joue en ce moment à Calais a également été un sujet important de débat de cette plénière à Strasbourg entre députés européens mais également avec le Commissaire chargé de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté Dimitris Avramopoulos.  La plupart d’entre nous, avons fait état de la situation intenable que vivent les migrants mais aussi les habitants et avons encouragé la Commission Européenne, la France et le Royaume-Uni à travailler ensemble pour rechercher des solutions qui respectent la dignité et les droits que ces personnes en recherche de protection internationale sont venus chercher en Europe.

Pour ma part, je suis intervenue dans ce débat pour souligner la nécessité de se tourner vers des solutions durables qui doivent permettre la coexistence entre solutions nationales et solutions européennes.

Retrouvez mon intervention ici

Intervention en Séance Plénière sur la situation à Calais

 

Biens de torture

Mardi, de nouvelles règles européennes qui prévoient l’interdiction pure et simple de la commercialisation et du transit de biens pouvant être utilisés à des fins de torture ou traitements cruels et dégradant, ont été adoptées au Parlement Européen.

L’adoption de ces nouvelles règles vient modifier et surtout durcir le règlement de 2005. En effet c’est à la suite de critiques soulevées par le Parlement Européen quant aux failles de ce règlement de 2005 que la Commission s’est résolue à le changer. Ainsi, sous ce premier règlement, le commerce ainsi que la publicité de biens pouvant servir à la torture n’avait pas faibli. Mais de réels freins sont maintenant prévus et la prochaine étape consiste en l’approbation officielle par les Etats membres de cette interdiction totale afin que ce nouveau règlement entre en œuvre.

Voici le communiqué du Parlement sur le sujet :

Les députés renforcent l’interdiction d’exportation des « biens de torture »

 

Réindustrialisation

Déjà en Septembre, à la lumière de l’annonce des licenciements massifs engendrés par les fermetures de Caterpillar et Alstom en Belgique et France, mon groupe des eurodéputé(e)s socialistes et démocrates s’était battu pour que soit reconnue la nécessité d’avoir une stratégie industrielle prospective au niveau européen. Mercredi notre combat, et notamment la mobilisation sans faille de mes collègues Marie Arena et Édouard Martin, ont été récompensés par le vote à une large majorité d’une résolution sur une nécessaire politique européenne de réindustrialisation.

Le Parlement s’est ainsi déclaré pour la mise en place de sanctions contre les entreprises pratiquant des licenciements boursiers et en a profité pour rappeler à la Commission Européenne le besoin de cohérence entre la politique commerciale et la politique industrielle, cette dernière étant trop souvent mise de côté. Pour donner quelques chiffres, l’industrie ferroviaire seule est responsable de 1 million d’emplois directs et 1,2 million d’emplois indirects, un chiffre loin d’être négligeable !

De plus, les Socialistes et Démocrates ont également réussi à faire adopter des amendements visant à encourager la Commission à étudier des mécanismes afin de lutter contre le dumping environnemental, l’exploitation des travailleurs et la concurrence déloyale.

Voici le Communiqué de Presse de la Délégation française Socialiste au Parlement Européen :

L’Europe doit se doter d’une politique industrielle européenne ambitieuse

Et une interview croisée de mon collègue Édouard Martin du groupe S&D et de Claude Rolin député belge du groupe PPE

La question de la réindustriallisation

 

Registre de transparence

La proposition de réforme du registre de transparence publiée par la Commission Européenne la semaine dernière, pour laquelle je me suis battue et que j’appelle de mes vœux depuis plusieurs années déjà, était en débat lors de cette plénière au Parlement. Le premier Vice Président de la Commission Européenne nous a rejoints à cette occasion et j’en ai profité pour relever plusieurs éléments qui méritent toute notre attention pour la suite des négociations.

J’ai ainsi interrogé la Commission sur le mécanisme qu’elle compte mettre en place afin de vérifier l’existence effective de pratiques de lobbyisme – défini dans la proposition par les trois critères d’interaction, de promotion d’intérêts et de volonté d’influencer le processus décisionnel. Je suis également revenue sur le risque que comporte l’obligation imposée aux Membres du Parlement européen de ne rencontrer que des lobbys enregistrés. Enfin, j’ai également souligné la nécessité pour ce nouveau système d’être plus lisible et facilement accessible à tous les citoyens.

Voici la vidéo de l’intervention :

Registre de transparence : intervention en plénière

 

Interdiction du bisphénol A

Cela fait plusieurs années que les eurodéputés socialistes et radicaux se battent pour que la législation européenne avance sur le problème de santé publique que constituent les perturbateurs endocriniens, à l’origine de la baisse de la fertilité masculine, puberté précoce, malformations congénitales, cancers du sein, etc… Plus particulièrement, nous soutenons l’interdiction du Bisphénol A sur le marché européen. Ce composé chimique est présent dans de nombreux produits de la vie quotidienne et peut être ingéré par l’humain et particulièrement par le bébé, puisqu’il se retrouve dans leurs biberons.

Cette semaine, notre combat a été couronné de succès puisque non seulement le rapport de ma collègue danoise Christel Schaldemose sur les matériaux entrant en contact avec notre alimentation a été voté avec un large assentiment mais en plus, un amendement visant à interdire le véritable poison qu’est le bisphénol A l’a également été.

Une bonne nouvelle pour conclure cette semaine bien chargée !

Voici le communiqué de la DSF à ce sujet

Comme la France, l’Union européenne va interdire le bisphénol A

 

D’autres sujets qui peuvent vous intéresser :

Voici un article sur Alep – Syrie

Voici le Communiqué de Presse de la Délégation française Socialiste au Parlement Européen  sur la :

Garantie jeunesse : halte au bonneteau !

 

 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume