FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Pour les S&D, le Parlement européen doit avoir son mot à dire sur la future implantation des institutions

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Strasbourg, le 25 octobre 2018

_ _ _

Les Socialistes & Démocrates étaient aux avant-postes du vote de la plénière, ce 25 octobre, sur le déménagement de l’Autorité bancaire européenne de Londres vers Paris, après le Brexit.

Pervenche Berès, eurodéputée et porte-parole du Groupe S&D pour les affaires économiques et monétaires, co-rapporteuse pour ce texte, a déclaré ceci :

« Le vote de ce jour concernant le déménagement vers Paris de l’Autorité bancaire européenne (ABE) est une victoire pour le Parlement européen ainsi que pour nous autres, Socialistes & Démocrates. »

« En effet, l’ABE, actuellement implantée à Londres, devra être l’arme au pied après le Brexit, quels que soient les résultats des négociations en cours et le profil des futures relations. »

« Or, nous autres S&D avons été aux avant-postes de la lutte contre les crimes financiers. Nous continuerons à nous battre pour renforcer la surveillance des banques ainsi que la collaboration et l’échange d’informations entre États membres. Dans ce contexte, l’ABE est un acteur clé de la régulation et de la supervision du secteur bancaire. Ses futures tâches sont critiques dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Voilà pourquoi le fonctionnement de cette Agence ne peut pas être interrompu, et que nous devons assurer un transfert en souplesse de son personnel vers Paris. »

« Nous nous sommes donc battus sans répit, et nous avons réussi à être impliqués dans la décision sur l’emplacement futur de l’Agence, en dépit de la vive résistance opposée par le Conseil européen. Représentants des citoyens, nous devons en effet avoir notre mot à dire lorsqu’une décision affecte les vies de centaines de membres du personnel. Le Conseil ne peut pas agir seul en la matière. De même, il faudra impliquer de manière appropriée le PE dans toutes les futures décisions d’implantation. »

« Voilà pourquoi nous avons obtenu la révision de la Déclaration conjointe de 2012, qui définit les règles de création des agences européennes. Or, ces critères ne sont plus valides, particulièrement en matière d’implantation. Il faut donc actualiser ces critères, en tenant compte des développements intervenus. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume