FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Prix Lux 2015… l’Europe fait son cinéma

mustang

« Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout » [1]

Avec le Prix Lux, remis chaque année à un film européen, on parle en 2015 de difficultés économiques, de migrants, d’éducation, de conditions de vie des femmes, de liberté…

Cette année, le lauréat qui a obtenu la majorité des votes des députés est… Mustang ! Ce film franco-germano-turc dépeint l’emprisonnement de jeunes filles dans une société dominée par les hommes, encore sous forte influence des traditions locales d’un village du Nord de la Turquie.

Les 3 films qui étaient en compétition ont été sélectionnés par un jury de professionnels du 7ème art, nommé par la commission Culture et Éducation du Parlement européen. Aux côtés de Mustang, il y avait également :

– Urok qui dépeint l’environnement scolaire et le portrait d’une enseignante confrontée à des difficultés financières ;

– Mediterranea qui évoque le parcours de deux migrants qui traversent la Méditerranéen à la recherche de liberté et sécurité ;

Qu’est-ce que le Prix Lux ? Comment l’UE soutient-elle son cinéma ?

Le Prix Lux est décerné depuis 2007 par le Parlement européen pour célébrer la portée universelle des valeurs européennes, illustrer la diversité des traditions européennes et mettre en lumière le processus d’intégration européenne. C’est toute la richesse d’un cinéma « Made in Europe » que le Parlement européen veut également mettre en avant.

Chaque année, le Prix LUX braque les projecteurs sur des films abordant des sujets qui sont au cœur des préoccupations des citoyens européens : crise économique et sociale, immigration, justice, éducation, solidarité, libertés civiles et droits fondamentaux. C’est par exemple le cas de Welcome, lauréat 2009, de Die Fremde, lauréat 2010 ou encore des Neiges du Kilimandjaro, lauréat 2011.

Il vise également à encourager la diffusion de coproductions européennes et à lever les barrières qui entravent la distribution des films européens.

Le paysage cinématographique mondial actuel c’est une part de marché de 63,1% détenue par des films américains, alors que les Européens, malgré une forte progression depuis 2013, s’en tiennent à 33,6% ; en outre, en 2014, ce sont pas moins de 1600 films qui ont été produits en Europe, contre 707 aux États-Unis. Le paysage cinématographique européen voit ses recettes baisser fortement, notamment en raison du développement de services de vidéo à la demande tels que Netflix ou Amazon Instant Video qui sont établis dans des pays qui n’imposent aucune contribution obligatoire au financement de la production cinématographique.

Pour appuyer le cinéma européen, l’UE lui fournit une aide financière par le programme Europe créative. Entre 2014 et 2020, plus de 800 millions d’euros seront disponibles pour le cinéma par l’intermédiaire du programme Europe créative. A compter de 2016, un nouveau mécanisme de 210 millions d’euros permettra aux petites entreprises d’obtenir plus facilement des prêts bancaires dans le cadre de projets cinématographiques.

Par ailleurs, en créant les « Lux film days », le Parlement européen a donné une nouvelle impulsion à ce Prix, en permettant aux députés d’aller à la rencontre des citoyens. Avec un sous-titrage dans les 24 langues officielles de l’UE, une projection dans plus de 40 villes et dans le cadre de 18 festivals, ces films de grande qualité peuvent être vus du public européen qui peut voter pour la « mention spéciale du public ».

La promotion du cinéma européen est un domaine crucial de la politique culturelle européenne qui vise à défendre une qualité artistique élevée. Il faut faire plus pour que les films réalisés soient mis à la disposition du public le plus large, en  offrant la possibilité de visionner les films de façon légale en ligne, et en faisant en sorte que les créateurs puissent toucher une juste rémunération.

La bande-annonce de Mustang :

[1] Jean-Luc Godard

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume