FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Prix Sakharov

Les droits de l’homme font partie des fondements de l’Union européenne, même si parfois, certains états membres refusent de s’en souvenir. Pour le rappeler le Parlement européen décerne depuis 1988 le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit.

Chaque année, il est remis à des personnes ayant apporté une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’homme dans le monde. Il attire l’attention sur les violations des droits de l’homme et apporte un soutien aux lauréats et à leurs causes. Les nominations peuvent être faites par les groupes politiques ou par 40 députés minimum. Les commissions parlementaires des affaires étrangères et du développement votent pour départager trois finalistes parmi les nominés. Ensuite, c’est à la conférence des présidents de choisir le lauréat.

L’année dernière, le Prix Sakharov a été décerné aux deux jeunes survivantes yézidies de Daesh, Nadia Mourad Bassi Taha et Lamiya Aji Bachar ; L’année précédente, au bloggeur saoudien Raif Badawi.

Le prix, doté de 50 000 euros, est remis par le président du Parlement européen lors de la dernière session plénière de l’année à Strasbourg en décembre.

Voici les six candidatures nominées :

Asia Bibi, une Pakistanaise de confession chrétienne condamnée à mort en 2010 pour blasphème, nominée par le groupe des conservateurs et réformistes européens

Aura Lolita Chavez Ixcaquic, guatémaltèque membre du Conseil des peuples quichés, une organisation qui se bat pour la protection des ressources naturelles et des droits de l’homme face au développement des activités minières et agro-industriels, nominée par le groupe des Verts / Alliance libre européenne.

Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, deux personnalités politiques turques à la tête du Parti démocratique des peuples pro-kurde. Accusés d’activités terroristes, ils ont été arrêtés en novembre 2016 après que leurs immunités parlementaires aient été levées, nominés par le groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique.

L’opposition démocratique au Venezuela : l’Assemblée nationale ainsi que tous les prisonniers politiques ont été nominés par le groupe du Parti populaire européen et l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe.

Pierre Claver Mbonimpa, défenseur burundais des droits de l’homme, il a fondé l’Association pour la Protection des Droits Humains et des Personnes détenues (APRODH). Il a été emprisonné en 2014 et a survécu à une tentative d’assassinat en 2015. Il réside aujourd’hui en Belgique, nominé par le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe.

Dawit Isaak, journaliste et auteur suédois d’origine érythréenne, a été arrêté en 2001 par les autorités érythréennes. Emprisonné sans avoir eu de véritable procès, il a été vu pour la dernière fois en 2005.

Déjà parmi les finalistes du Prix Sakharov en 2009, Dawit Isaak a été nominé cette année par le groupe des Socialistes et Démocrates. Avec 46 autres députés, j’ai souhaité soutenir cette proposition de Cecilia Wikström et envoyer un signal vers ces populations dont le combat pour la démocratie est très peu médiatisé. Dawit Isaak a été arrêté, ainsi que 20 autres journalistes, pour avoir réclamé des réformes démocratiques. Il a passé 16 ans en prison, sans avocat, sans contact avec sa famille. Avec ce prix, nous espérons mettre son cas et celui de ses semblables dans la lumière.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume