FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Qui sera le/la prochain(e) Président(e) du Parlement Européen ?

Les fêtes de fin d’année approchent mais au Parlement Européen, les députés ont déjà la tête à mi-janvier. Pourquoi ? Rien de moins que l’élection du/de la futur/e Président/e du Parlement Européen, celui ou celle qui succèdera à Martin Schulz, président du Parlement Européen depuis 5 ans.

Après des élections à l’intérieur des différents groupes politiques du Parlement Européen, les candidats pour la course à la tête du Parlement sont maintenant connus. L’occasion pour moi de vous présenter qui ils sont mais aussi de revenir sur le projet qu’ils portent.

Avant cela, j’aimerais revenir sur le mandat de Martin Schulz, qui aura marqué le Parlement Européen comme aucun autre Président ne l’aura fait. En effet, il a réussi à donner un visage au Parlement, à le rendre plus visible et plus influent. Son bilan a d’ailleurs parle pour lui. Il a ainsi porté le principe du « Spitzenkandidaten » (même s’il n’en a pas bénéficié), qui veut que le Président de la Commission Européenne soit issu de la même mouvance que le groupe arrivant en tête aux élections européennes afin qu’il y ait une cohérence entre les deux institutions.

Pour le Parti Populaire Européen (PPE), la droite européenne, c’est l’italien Antonio Tajani, vice-Président du Parlement Européen et proche de Silvio Berlusconi, qui se lance dans la course à la présidence. En conférence de presse cette semaine, Mr Tajani n’a pas levé certaines ambiguïtés vis-à-vis des voix du groupe l’Europe des nations et des libertés, présidé par Marine Le Pen. Avec mes collègues de la délégation socialiste française nous attendons des clarifications sur ce sujet.

Chez les socialistes et démocrates, et comme je vous l’avais déjà indiqué ici, c’est Gianni Pittella, également Président de notre groupe, qui est candidat. Sa candidature est importante au moment où le PPE prétend exercer toutes les hautes responsabilités en Europe avec la Présidence de la Commission et du Conseil. La refondation dont l’Union Européenne a tant besoin ne peut se faire qu’avec la gauche et nous ne pouvons laisser le projet européen, soumis à de rudes épreuves ces dernières années, aux seules mains d’une droite prisonnière de ses dogmes libéraux.

Le président du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, le Belge Guy Verhofstadt, n’est pas encore officiellement candidat, mais il est la personnalité que sa famille politique souhaite mettre en avant après la tentative de Sylvie Goulard de prendre cette place. Ancien premier ministre et européen fervent, il se voit comme pouvant jouer un rôle dans le duel auquel se livrent les groupes S&D et PPE.

Enfin, pour ce qui est des plus petits groupes du Parlement Européen, la Belge Helga Stevens défendra les couleurs du groupe des Conservateurs et Réformistes européens, eurosceptique et l’Italienne Eleonora Forenza est la candidate du groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, qui constitue la gauche radicale européenne.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume