FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Réaction au lendemain des attentats du 13 novembre

Peace for paris par @jean_jullien
2015 a commencé avec les attentats contre Charlie Hebdo et l’hypermarché casher et l’année n’est pas encore terminée qu’une nouvelle terrible épreuve se présente.
Cet attentat est l’un des pires que nous n’ayons jamais subi. Il équivaut à une déclaration de guerre.

Mes premières pensées sont tournées vers les victimes des tueries du 13 novembre, les morts, les blessés, les familles. Ces personnes profitaient de leur soirée dans un concert, à la table d’un restaurant, se promenaient dans la rue. Elles étaient en train de discuter librement, de faire des projets, appréciaient simplement l’instant présent et la douceur de vivre.
Elles ont été attaquées par des fous fanatiques. Des êtres sans conscience, sans libre arbitre, des robots tueurs téléguidés depuis la Syrie ou l’Irak. Pour ceux qui ont commandité cet attentat, la paix et la liberté dont nous jouissons sont insupportables. La guerre dans laquelle et par laquelle ils vivent, doit selon eux, être étendue à toute l’humanité. Ce nihilisme morbide n’a rien à voir avec la spiritualité ou la religion. Son seul culte est celui de la mort. Mort donnée à des victimes innocentes, mort reçue par les kamikazes auteurs des attentats.
Aucun dialogue n’est possible avec de tels monstres. Aucun répit n’est à espérer.
Dans ses allocutions, le Président de la République a tout de suite donné les directions nécessaires : l’état d’urgence est instauré et les frontières feront l’objet d’un contrôle renforce. Un deuil national de trois jours est décrété qui permettra à chacun de nous de partager un moment de recueillement en mémoire des victimes. Bernard Cazeneuve a détaillé toutes les mesures qui sont prises pour garantir la sécurité sur le territoire.
Dans cette phase particulièrement douloureuse de notre histoire, il est indispensable de rester unis et rassemblés pour ne pas donner raison aux terroristes qui veulent que la peur gouverne nos vies et que la démocratie soit à genou. Dans le même temps, les forces politiques doivent s’abstenir de toute récupération politicienne.
Attaqués, nous devons nous défendre et réagir par tous les moyens dans le cadre du droit.
Enfin bien sûr, les mots d’ordre que chacun avait anticipés par instinct, par conscience, par expérience, sont ceux de l’unité, du rassemblement et du sang froid.

« La France est forte et si elle peut être blessée, elle se relève toujours »
Gardons à l’esprit cette idée, celle de nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité et tenons-nous prêts, ensemble, à affronter l’avenir.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume