FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Registre de transparence : première réunion avant les négociations

Communiqué du Parlement européen – 7 septembre 2017

– – –

Les représentants politiques du Parlement, du Conseil et de la Commission se sont réunis mercredi pour débattre de la proposition relative à un registre de transparence de l’UE obligatoire.

Les trois institutions de l’UE sont convenues de l’importance politique de ce sujet et ont souligné leur engagement à accroître la transparence de la représentation des intérêts, et par extension du processus décisionnel de l’UE, au travers d’un cadre clair et complet pour les activités de représentation, dans le respect de leur autonomie institutionnelle respective.

La réunion était organisée à l’initiative de la présidence estonienne du Conseil. Le Parlement et la Commission ont salué le caractère positif de cette initiative et ont indiqué qu’ils étaient prêts à débuter les négociations dès que possible.

‘‘Je tiens à saluer la qualité de cette première réunion avec le vice-ministre estonien des affaires étrangères, Matti Maasikas, et le premier vice-président de la Commission, Frans Timmermans. Cette rencontre a été pour le Parlement européen l’occasion de rappeler l’importance politique de ce dossier et d’insister sur la valeur ajoutée qu’il souhaite insuffler dans les négociations à venir, avec la participation constructive du Conseil, a déclaré Sylvie Guillaume (S&D, FR).

‘‘La transparence est essentielle pour renforcer la confiance des citoyens dans les institutions européennes. Le Parlement est pleinement engagé pour faire avancer ce dossier. Notre mandat nous donne une base solide pour de bonnes négociations avec le Conseil et la Commission. Je suis convaincue qu’à la fin des négociations, nous obtiendrons non seulement un bon accord interinstitutionnel, mais surtout un registre de transparence qui répondra mieux aux attentes des citoyens’’, a déclaré Danuta Hübner (PPE, PL).

 

À savoir

 La Commission a soumis sa proposition d’accord interinstitutionnel sur un registre de transparence obligatoire le 28 septembre 2016. La proposition vise à renforcer le cadre d’une interaction transparente et éthique entre les représentants d’intérêts et les trois institutions participant au nouveau dispositif, à savoir le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Union européenne. Depuis 2011, le Parlement et la Commission gèrent conjointement un registre public pour les représentants d’intérêts, dont l’objectif est de renforcer la transparence et la responsabilité du processus décisionnel de l’UE. Le Conseil est un observateur du dispositif actuel depuis 2014.

Le 15 juin 2017, la Conférence des présidents du Parlement européen, qui regroupe le Président du PE et les dirigeants des groupes politiques, a adopté le mandat de négociation du Parlement, suite à l’approbation du groupe de contact du PE rassemblant des représentants de l’ensemble des groupes politiques. Le mandat du PE souligne la nécessité d’un message fort en matière de transparence de la part des trois institutions et de résultats concrets suite aux négociations.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume