FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Règlement Bio : Vers une Agriculture durable !

Communiqué de Eric Andrieu et Jean-Paul Denanot du groupe Socialistes et Démocrates – Bruxelles, le 22 novembre 2017

_ _ _

Le Parlement européen a donné son feu vert au nouveau règlement bio qui s’appliquera à partir de juillet 2020.

Bruxelles – Après les 28 États membres, la Commission Agriculture du Parlement européen a adopté à son tour le nouveau règlement européen sur le production biologique et étiquetage des produits biologiques. Pour Eric Andrieu, co-rapporteur du dossier : « L’adoption de ce texte était indispensable pour l’avenir de la filière biologique en Europe. »

« Nous aurions souhaité aller plus loin, notamment sur la question des seuils, cependant ce compromis est porteur d’avancées très substantielles pour l’agriculture », estime de son côté Jean-Paul Denanot.

Pour les deux eurodéputés socialistes, « Cette nouvelle législation va permettre un renforcement de la lutte contre la fraude sur les produits biologiques importés des pays tiers qui représentent 30% de notre consommation. Les producteurs européens, seront désormais placés sur un pied d’égalité avec les producteurs étrangers ! »

Le texte autorise aussi expressément les agriculteurs bio à produire et utiliser leurs propres semences. « Jusqu’à présent le monde du vivant est cadenassé par la réglementation actuelle au profit de quatre grands groupes. Avec ce règlement, on ouvre la porte à un matériel hétérogène et aux variétés adaptés aux besoin de l’agriculture biologique » souligne Eric Andrieu.

Le compromis prévoit, en outre, une extension du champ d’application du règlement, des contrôles plus ciblés et plus adaptés aux pratiques des opérateurs, où le contrôle annuel reste la règle, consacre le principe du lien des plantes avec le sol. Il prévoit également l’instauration de mesures de précaution précises afin d’éviter les contaminations des produits bio par des pesticides.

Pour Eric Andrieu, Porte-Parole des sociaux-démocrates : « Rejeter le texte, comme le demandent certains acteurs, aurait conduit à revenir à la situation présente, c’est-à-dire au règlement actuel (834/2007) qui n’est pas satisfaisant, car plein de lacunes et de dérogations qui fragilisent la crédibilité du label bio européen. »

Les deux eurodéputés concluent : « Nous devons aller plus loin ! Ce nouveau règlement est une étape importante, pas la ligne d’arrivée. » 

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume