FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Retour des droits sociaux à l’ordre du jour européen – mais il faut d’urgence des actions concrètes, affirment les S&D

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 26 avril 2017

– – –

Ce 24 avril, les eurodéputés S&D ont salué les propositions avancées par la Commission pour remettre les droits sociaux à l’ordre du jour européen. Toutefois, ils attendent des actions concrètes et pas un ravalement de façade.

Udo Bullmann, viceprésident du Groupe S&D responsable des affaires économiques et monétaires, a déclaré ceci :

« Les Socialistes & Démocrates sont heureux de constater que l’Europe sociale revient à l’ordre du jour. En effet, les propositions de la Commission obligent le Parlement européen et les États membres à concrétiser leur engagement à réaliser en Europe des progrès sociaux pour tous. Toutefois, les initiatives lancées par la Commission, ce matin, ne pourront être considérées comme des réussites qu’à condition de produire des améliorations concrètes de la vie quotidienne des Européens. »

« Dans cette optique, nous mettrons la pression sur tous les groupes politiques et tous les gouvernements nationaux concernés, afin de lancer une dynamique en faveur de l’élaboration d’un programme global de politique sociale de l’UE. »

« Nous attendons donc des mesures concrètes qui assurent, par exemple, des conditions de travail décentes dans toutes les formes d’emploi. À cet effet, il faut garantir à tous un accès à la protection sociale, et il faut clarifier les droits et obligations dans le cadre des relations de travail. Par ailleurs, nous continuerons à nous battre en faveur d’une garantie européenne pour enfants, afin que les enfants de l’Union puissent prospérer et construire notre avenir commun sans angoisses existentielles. »

Maria João Rodrigues, viceprésidente du Groupe S&D et rapporteuse du Parlement européen pour le pilier européen des droits sociaux, a ajouté ceci :

« Nous saluons ce pilier social fondé sur 20 principes qui actualisent les normes sociales, conformément à la demande du Parlement européen. Toutefois, si nous voulons que ces principes aient un impact réel sur la vie des gens, le pilier social doit défendre l’ensemble des citoyens européens et disposer des moyens financiers et des instruments juridiques appropriés. »

« Tous les travailleurs doivent pouvoir compter sur un contrat de travail fondé sur des conditions décentes, et ils doivent avoir accès à la protection sociale, particulièrement les jeunes. Par ailleurs, nous devons aussi poursuivre la bataille en faveur d’une garantie pour les enfants et d’une garantie de compétences, orientées vers les besoins des sans-emploi de longue durée. »

« Or, nous en sommes encore très éloignés. En conséquence, nous continuerons à nous battre pour plus de mesures concrètes, qui assurent aux gens de meilleures perspectives de vie et qui favorisent la convergence sociale et économique ascendante entre États membres. C’est la seule façon de faire en sorte que l’UE ait un avenir. »

Vilija Blinkevičiūtė, eurodéputée S&D, rapporteuse du Parlement européen pour l’équilibre entre vie professionnelle et privée, présidente de la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres, a précisé ce qui suit :

« En tant que Socialistes & Démocrates, nous sommes heureux que la Commission ait répondu à notre demande d’amélioration de la conciliation entre vie professionnelle et privée. Dans cet esprit, nous saluons la proposition de loi qui demande, pour la première fois à l’échelle de l’UE, deux semaines de congé de paternité payé et un congé d’aidant. »

« Par ailleurs, la Commission propose des améliorations du congé parental. Les femmes et les hommes qui prennent un congé parental seront payés, ce qui était une de nos demandes clés. Toutefois, nous regrettons que rien ne soit prévu pour renforcer le congé de maternité. Cela dit, nous disposons d’une base globale solide, sur laquelle peut se construire la suite. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume