FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Révision du CFP : enfin un accord – à présent il faut parler du budget après 2020

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 20 juin 2017

– – –

Les eurodéputés S&D saluent l’adoption par le Conseil européen, ce 20 juin, de la révision du cadre financier pluriannuel (CFP) qui définit le cadre et les plafonds des dépenses du budget annuel de l’UE. Ils demandent le lancement de discussions sérieuses sur le financement du budget de l’UE après 2020.

Isabelle Thomas, viceprésidente du Groupe S&D et co-autrice du rapport parlementaire sur la révision du CFP, a déclaré ceci :

« Enfin ! Le Conseil a adopté la révision du CFP pour la période 2014-2020. Toutefois, cette décision a pris beaucoup trop de temps. En effet, à la demande du Parlement européen la Commission proposait cette révision dès septembre 2016, et le PE l’adoptait en avril. Car il est clair depuis des années que le CFP est à la fois trop étroit et inadapté aux défis politiques majeurs qui attendent l’Europe. En effet, ce CFP ne tient compte sérieusement ni de l’immigration, ni du déficit d’investissement, ni du chômage des jeunes, ni des questions de sécurité… Résultat ? On coupe dans des budgets affectés à des domaines aussi essentiels que la recherche ou les jeunes. Sur ce point, le Groupe S&D a mené une dure bataille contre le Conseil, afin de réinsérer dans le budget de l’UE la garantie pour les jeunes. »

« En règle générale, cette révision est une réussite, même si le montant total de six milliards reste insuffisant. Ce résultat montre que les négociations du Brexit n’empêchent pas l’Union d’avancer, particulièrement sur les questions budgétaires. À présent, nous devons lancer la discussion sur le financement futur de l’UE. Nous devons tirer les leçons de cette période et veiller à disposer d’un budget suffisant, flexible et financé sur ressources propres, afin de compenser la compression des budgets nationaux. »

Eider Gardiazábal Rubial, eurodéputée et porteparole du Groupe S&D pour le budget de l’UE, a ajouté ce qui suit :

« Ces cinq dernières années, les gouvernements nationaux ont déféré à l’UE un nombre de tâches sans cesse croissant. Par ailleurs, ils ont systématiquement refusé d’augmenter les moyens de l’UE pour réaliser ces tâches. En adoptant cette décision aujourd’hui, le Conseil semble enfin comprendre que le financement correct du budget de l’UE est la condition de réussite de celle-ci. »

« À présent, nous devons aborder le grand sujet occulté du moment : le déficit budgétaire après le Brexit et la manière de le compenser. Nous devons être proactifs en la matière et doter l’Europe du budget dont elle a besoin pour doper la croissance et faire face à ses nombreux défis. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume