FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Rroms : des pistes sérieuses pour des évolutions durables

Ainsi que François Hollande s’y était engagé durant la campagne présidentielle, la réunion interministérielle qui s’est tenue aujourd’hui à Matignon a permis d’esquisser de sérieuses pistes de travail pour une meilleure insertion des Rroms.

« Les annonces faites vont dans le bon sens, réagit Sylvie Guillaume, députée européenne. Même si cette mesure est loin de tout régler, les avancées concernant les mesures transitoires qui restreignent de fait l’accès au marché du travail aux ressortissants roumains et bulgares, et donc aux Rroms, va dans le bon sens. »

« Les expérimentations menées par les collectivités locales seront évaluées, et soutenues. En effet, jusqu’à aujourd’hui, les élus locaux ont trop souvent été isolés pour monter des projets, trouver des financements – européens, mais pas uniquement – et accompagner des familles dans des parcours de réinsertion. Notons au passage que la formule « villages d’insertion » est loin d’être le seul modèle envisageable, comme en témoigne l’expérimentation d’insertion qui est actuellement menée dans l’agglomération de Lyon, avec le relogement d’une centaine de Rroms. »

« La différence avec la précédente majorité est nette : en lieu et place de politique du chiffre, d’expulsions sans perspectives, de l’hypocrisie que représente « l’aide au retour humanitaire » et de la stigmatisation d’une communauté, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault construit, avec les collectivités et les acteurs associatifs, les bases d’une évolution durable pour les populations Rroms.

« Mais pour autant, le travail à mener est d’une bien plus grande ampleur. Nombreux sont ceux qui invoquent la nécessité d’une « réponse européenne », mais peu savent lui donner un contenu précis. »

« La Commissaire européenne Viviane Reding a fait part de sa vigilance et invite la France à des mesures « concrètes ». A mon tour, j’invite la Commissaire à assumer avec un peu plus de détermination ses responsabilités. Prenons l’exemple des stratégies nationales pour l’insertion des Rroms qu’elle a commandées aux États membres : dans plusieurs cas, la Commissaire s’est contentée de vagues déclarations d’intention, sans objectifs et sans budget. Face à la mauvaise volonté des pays d’origine comme la Bulgarie et la Roumanie qui ne semblent pas pressés d’agir contre les discriminations et l’exclusion dont les Rroms sont victimes sur leur territoire, elle n’apparait pas suffisamment active. Que dire également de la stratégie française –rédigée sous le gouvernement Fillon II- qui accumule des centaines de lignes relatives… aux Gens du Voyage, sauf à évoquer une nouvelle rédaction. »

« Si ces familles préfèrent revenir dans nos agglomérations et survivre dans des campements insalubres, au mieux de mendicité, plutôt que de vivre en Roumanie, on peut aisément imaginer l’immense responsabilité des pouvoirs publics des pays d’origine pour qu’ils permettent aux Rroms d’être enfin des citoyens à part entière dans leurs propres pays. Car rappelons que les Rroms ne sont pas un peuple nomade, c’est le racisme dont ils sont victimes et l’inaction des responsables politiques locaux qui les poussent vers l’ouest. »

« J’ai eu de nombreuses occasions de le dire depuis le funeste discours de Grenoble en août 2010 : une insertion durable des Rroms ne verra le jour que si les responsabilités sont assumées à trois niveaux : par les pays d’origine, par l’Union européenne et par les pays d’accueil. Tout effort incomplet est malheureusement vain. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume

8 Comments

  1. David Laumet

    Bonjour Madame la députée,

    Je vous remercie de mettre en avant que les « villages d’insertion » sont loin d’être le seul modèle envisageable pour la prise en charge et en compte de ces familles.
    Je connais un peu votre engagement et je regrette que vous n’indiquiez pas votre positionnement quant à la poursuite des évacuations des camps sans relogement ou hébergement. Je trouve terrible qu’entre deux décisions de justice, l’une visant à l’expulsion d’un terrain et l’autre relevant d’une liberté fondamentale, qui veut que toutes personnes à le droit de disposer d’un hébergement, ce soit la première qui prévaut.
    « Loi des pauvre, pauvre loi »…
    Qu’est ce qui empêche le gouvernement de dire pas d’évacuation sans relogement, pas d’expulsion sans possibilité d’hébergement.
    Ne me dites pas que c’est compliqué, car nous le savons l’un et l’autre que ce n’est pas vrai. Qu’il n’est pas très compliqué pour les pouvoirs publics de trouver des solutions d’hébergement. Les associations, les militants et les institutionnels aussi connaissent parfaitement des endroits disponibles et susceptibles d’accueillir des familles dans des conditions sinon idéales, convenables.
    Quelle stratégie, quels signaux le gouvernement et les gouvernements successifs souhaitent-ils envoyer en châtiant ses familles étrangères par l’évacuation de camps sans relogement ?
    Oui, la levée anticipée des mesures transitoires qui restreignent l’accès des roms au marché du travail français est une excellente nouvelle.
    Mais la violence des ses évacuations se poursuit. Elle est violente car elle n’est pas suivie par des propositions de relogement et c’est hélas le gouvernement le décide et pour ma part, j’en suis triste et honteux…

    Je vous prie de croire Madame la Députée en mes sincères salutations,

    Pour ma part avec d’autres nous allons continuer à œuvrer à ce que les lois pour les plus faibles soient respectées (hébergement est une loi fondamentale, respect des principes d’inconditionnalité de l’accueil et du principe de continuité dans les structures d’hébergement). Que la militance aujourd’hui consiste à faire en sorte que les lois de la République soient appliquées, n’est, je trouve pas un très bon signe…
    Cordialement et sincèrement
    David Laumet (travailleur social – Grenoble)

  2. valentin

    Vous dites que les rroms ne sont pas des nomades. Pourtant cela est inexact. Ils proviennent du nord de l’Inde, du Kachemire. Ils ont migre en plusieurs vagues vers l’ouest. De tous les peuples qui les ont vus passer, les roumains et les bulgares ont ete les plus accuillants, et c’est pour cette raison qu’ils ont pu accroitre leur population dans ces pays. Ainsi les ressources a leur disposition sont devenues plus rares. Jusque la, Ils erraient au sein de ces pays a la recherche de ressources, maintenant Ils commencent a chercher plus loin, abolition des frontieres aidant. Ils est important de comprendre cela avant router tentative d’action en leur faveur. A moins que la Roumanie et la Bulgarie n’aient ete designées comme pays d’origine de ces populations par les députés européens occidentaux.

  3. Ribault Corinne de Lyon

    je suis tout à fait d’accord avec David Laumet .le gouvernement doit suspendre les démentelements des camps tant que les préfets n’ont pas trouvé ‘ des solutions d’accueil dignes de ce nom .Rien ne presse ,on ne met pas des familles à la rue ,d’autant moins à la rentrée scolaire ! J’espère un revirement rapide de ce fâcheux comportement .

  4. Sylvie Guillaume

    @Valentin: Monsieur,

    Nous ne partageons visiblement pas la même vision de l’histoire.

    Les Roms sont devenus des groupes « mobiles » pour échapper à une très grande pauvreté.

    Le mythe du Rrom « nomade » est aujourd’hui utilisé pour se défausser du problème sur l’Europe et stigmatiser l’ensemble de la population Rrom.

  5. Claudette Villedieu

    Madame la députée Sylvie,
    merci pour ce blog et ces informations. Je suis relativement satisfaite de l’action du gouvernement français dans de multiples domaines et de ses tentatives pour infléchir les politiques européennes, surtout depuis le début du mois…..mais (je sais que le problème est loin d’être simple) pour moi les expulsions de Rroms, ça ne passe pas : pourquoi cette hâte à détruire les campements sans recherche en amont de solutions, relogement, scolarisation des enfants ?
    J’attends avec impatience les trois volets (français, européen, et roumain ou bulgare) évoqués en fin d’article.
    Respectueusement et amicalement,
    Claudette

  6. Dominique BABE

    « Coïncidence ? Ce jeudi matin environ 80 personnes, dont une grande majorité de Roms, ont été évacuées d’un jardin public, place Carnot, au cœur de Lyon, tandis que 200 passagers environ s’en allaient prendre un charter pour la Roumanie. Le tout ayant été programmé à la veille de la venue du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. »

    Coïncidence, ainsi commence l’article de Rue89Lyon. Depuis deux mois j’ai sous les yeux ces familles qui « campent » sur les pelouses de la place Carnot à Lyon. Ce jour, mardi 18 septembre, tout d’un coup je réalise que la place est nickel !! Ben Oui, le ministre de l’intérieur était sur Lyon vendredi 14 !! En plus je crois qu’il n’est même pas passé sur le lieu.

    La lettre du Maire du 2ème, faisait très « proprette » on s’apitoie sur le sort de ces « pauvres gens » mais pour autant si on pouvait nous en débarrasser, en plein centre cela fait désordre.

    La question Roms n’est pas simple, pour sûr. Je pense qu’effectivement ce que l’on entend des premières dispositions prises par notre gouvernement va me semble t-il dans le bon sens. Je ne suis pas une spécialiste de ces questions, mais travailler avec les pays d’origine, avec l’Europe pour que chacun assume ses responsabilités, sans se défiler, Scolarisation et autorisation d’exercer un emploi pour ces jeunes formés chez nous, semble de bon sens si cela n’était pas déjà amorcé !!

    Il n’en reste pas moins que ce sont des populations dont les modes de vie diffèrent beaucoup des nôtres. Les campements où ils vivent sont souvent dans des états d’hygiène plus que limite, malgré les efforts faits par les collectivités. Veulent-ils vraiment être sédentarisés ?

    En tous les cas, merci Sylvie de votre engagement sur ces dossiers.
    Cordialement.

les commentaires sont fermés