FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Sommet UA-UE : un pas en avant, mais la jeunesse et le développement pris en otage par l’émergence migratoire

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 30 novembre 2017

– – –

Le Sommet entre l’Union Africaine et l’Union Européenne devait être historique, mais il n’a pas tenu toutes ses promesses. Le Groupe S&D salue les décisions prises à Abidjan pour secourir les migrants en Libye, mais elles arrivent bien tard. Le plan d’action annoncé en Côte d’Ivoire doit être immédiatement mise en œuvre pour mettre un terme à une gestion chaotique de la crise migratoire qui, à notre grand regret, a pris en otage l’agenda d’un Sommet où la jeunesse, le développement, les investissements et la sécurité devaient au cœur des discussions entre l’UA et l’UE.

Gianni Pittella, le Président du Groupe S&D a dit :

« Il était grand temps que les leaders européens et africains proposent un plan d’action pour mettre un terme aux terribles violations des droits de l’homme dont sont victimes les migrants africains en Libye et le long de routes migratoires toujours plus périlleuses. Les décisions prises à Abidjan par les chefs d’État et de gouvernement de l’UA et de l’UE pour fermer les centres de détention libyens – véritables camps de concentration -, rapatrier les migrants et relocaliser les demandeurs d’asile doivent être mise en œuvre le plus tôt possible.

Mais il faut faire plus, en ouvrant des voies légales et sûres pour les migrations. Ce n’est plus une option, mais une obligation que l’UE et l’UA auraient dû prendre en compte depuis longtemps. Les ventes d’esclaves en Libye révélées au grand jour par la CNN sont le fruit d’une gestion chaotique de la crise migratoire, trop centrée sur les aspects sécuritaires, qui a mis les leaders européens et africains au pied du mur à Abidjan. Jamais nous n’aurions dû en arriver là.

Surtout pas à la veille d’un sommet historique qui devait être dédié à la jeunesse, aux investissements, au développement et au renforcement de la sécurité des États africains, mais qui s’est transformé en une réunion de chefs d’État et de gouvernement sur l’urgence migratoire. Seule une vision stratégique sur le long terme et des initiatives telles que le Plan d’investissement extérieur de l’UE pour l’Afrique nous permettra de lutter efficacement contre les causes profondes des flux migratoires irréguliers et assurer un avenir meilleur aux futures générations africaines et européennes ».

Tanja Fajon, Vice-Présidente du Groupe S&D a dit :

« Notre délégation de députés S&D quitte Abidjan avec la conviction que les leaders européens et africains ont finalement pris conscience, ensemble, du sort tragique des migrants en Libye et au Sahel. Cette prise de conscience très tardive doit se traduire avec des actions concrètes en faveur d’hommes, de femmes et d’enfants qui risquent leur vie pour arriver en Europe. Mais la vision à court terme du Sommet UA-UE n’est pas une solution, bien au contraire. Il est grand temps que les chefs d’État et de gouvernement européens et africains contribuent à mettre en œuvre les objectifs de développement durable qu’ils ont adoptés à New York en 2015 »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume