FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

SOS méditerranée

SO MED 2

J’ai découvert récemment le projet SOS Méditerranée. C’est une initiative que je trouve particulièrement intéressante et qui mériterait d’être davantage connue. Je me permets donc de vous la transmettre.

Samedi 20 février, à Marseille, l’Aquarius a largué les amarres : direction Lampedusa. C’est de là, à partir du jeudi 25 février, que débute la mission de SOS Méditerranée. Celle de venir en aide aux réfugiés qui traversent la mer pour atteindre l’Europe. En 2015, ils sont plus de 900 000 à avoir tenté la traversée. Selon l’Organisation Internationale des Migrations, 3 600 y ont perdu la vie.

Comment est né ce projet ?

SOS Méditerranée a été créé suite à l’arrêt du dispositif Mare Nostrum qui était en charge de secourir les migrants. Klaus Vogel, capitaine allemand de la marine marchande et Sophie Beau ont décidé de monter ce projet en réaction aux carences des dispositifs d’assistance des pouvoirs publics. Les initiateurs du projet ont pensé aussi que c’était une occasion de fédérer la société civile autour d’une initiative européenne. Une équipé de bénévoles a été rassemblée et un appel aux dons lancé. Hormis 10 000€ attribués par la ville de Paris, le financement de SOS Méditerranée est entièrement privé et provient de toute l’Europe. Il a permis de rassembler le million d’euros nécessaires au projet.

Le projet est indépendant de toute affiliation politique.

 

Le cadre d’intervention

Menée en collaboration avec les autorités locales, cette mission se fait en accord avec les règles internationales et en coordination avec le Maritime Rescue Coordination Center, organisme basé à Rome, qui centralise tous les appels de détresse.

La mission essentielle de SOS Méditerranée est le sauvetage en mer des migrants et réfugiés. Des soins d’urgence seront également délivrés à bord du bateau grâce au soutien de Médecins du Monde. SOS Méditerranée proposera aussi un accompagnement des migrants en les guidant vers les dispositifs d’information et d’assistance qui existent en Europe.

Pour SOS Méditerranée c’est également un moyen pour témoigner et pour montrer les réalités de la migration afin de sensibiliser l’opinion publique, les institutions européennes et les gouvernements nationaux.

 

Comment se déroulera ce projet ?

Pour ce faire, l’équipage de SOS Méditerranée a affrété un bateau d’assistance, l’Aquarius, équipé d’une clinique et capable d’accueillir entre 200 et 500 passagers.

L’Aquarius sera positionné en haute mer, au Sud de l’Italie. En effet, la route reliant la Libye à l’Italie est l’un des trajets les plus fréquentés et le plus dangereux. Pour le moment, les sauvetages sont assurés par les gardes côtes italiens et les navires de guerre mais aucun ne reste en haute mer en permanence. A bord, l’équipage sera chargé de prodiguer les soins d’urgence et d’assurer les évacuations.

A terme, SOS Méditerranée souhaiterait disposer d’une flotte patrouillant dans les eaux internationales. Les fonds récoltés lui permettront d’agir jusqu’à fin avril. Or, c’est à partir du printemps que les traversées se multiplient. Ils ont donc encore besoin d’un soutien financier.

A partir du 25 février, vous pourrez suivre le journal de bord de l’équipage sur le site de Libération

Pour en savoir plus : http://sosmediterranee.org/

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume