FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Un atelier sur la Transparence

Nous sortons d’une campagne électorale où beaucoup de candidats avaient fait de la défiance envers l’Europe un de leurs thèmes de campagne. On sait aussi que le rôle des lobbies à Bruxelles est régulièrement pointé du doigt. Poursuivre la réflexion sur la transparence du fonctionnement des institutions – comme le réclame le Parlement depuis des années – est une des voies pour reconquérir la confiance des citoyens européens. Nous sommes à la veille d’une étape significative sur cette question qui relève notamment de ma délégation de Vice-présidente.


En 2011 un registre de transparence a été créé, géré conjointement par le Parlement et la Commission européenne. Il s’agit d’un registre public où les représentants d’intérêt – ou lobbyistes -, déclarent leurs activités en rapport avec le travail législatif de l’UE. Aujourd’hui plus de 11 000 organisations se sont enregistrées de façon volontaire. Le projet du Parlement est de rendre cet enregistrement obligatoire et la Commission lui a emboité le pas en proposant un nouvel accord institutionnel. Le Conseil européen serait également concerné désormais.
En élargissant le périmètre institutionnel et en rendant le registre obligatoire, l’activité de lobbyistes se verrait notablement modifiée et la transparence améliorée. Mettre en œuvre cette réforme réclame toutefois un examen approfondi des conséquences et de préciser les obligations de chacun. C’est pourquoi, un atelier se tenait ce mercredi 10 mai à Bruxelles afin de recueillir expertise et bonnes pratiques auprès de chercheurs et personnalités qualifiées venus de différents pays d’Europe et au-delà.
Avec Danuta Hübner, présidente de la commission des affaires constitutionnelles (AFCO), j’étais en charge de l’animation de cet atelier. Nous avons toutes deux été désignées par le Parlement pour prendre en charge la négociation avec la Commission et le Conseil pour la mise au point de l’accord interinstitutionnel.
Sur ces questions, assez techniques, mais qui constituent un point clef du débat sur l’évolution de nos démocraties, je vous propose de revoir l’atelier en vidéo.

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume