FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Une Europe qui crée des ponts entre les cultures

 

Partir du local pour penser global. C’est dans cet esprit et avec l’envie de multiplier les échanges avec leurs voisins européens que les projets Liveurope et We are Europe ont été lancés et ont reçu le soutien financier du programme européen Europe créative.

J’ai eu l’honneur cette semaine de participer à leur présentation conjointe à Bruxelles.

Ces projets, quels sont-ils ?

Liveurope est une plateforme lancée en 2014 pour soutenir des salles de concerts dans leurs efforts pour promouvoir les artistes émergents et la diversité européenne. C’est la première initiative de ce genre en Europe. Coordonnée par la salle de concert l’Ancienne Belgique, elle réunit 14 salles de concert partout en Europe et réunit des artistes et des musiques innovantes vers de nouveaux publics, au-delà des frontières et pour soutenir les artistes émergents.

We are Europe est un projet de coopération lancé il y a un an et réunissant 8 événements majeurs européens, des festivals et des forums, pour créer et produire des pratiques culturelles innovantes vers un public d’un million de personnes. Il se définit par sa diversité créative et les échanges de développements musicaux, artistiques, culturels, sociaux et technologiques. Parmi ses fondateurs je ne manquerai pas de citer Arty Farty qui est l’auteur du festival lyonnais bien connu des Nuits Sonores.

Pourquoi soutenir ces projets en ce moment ?

Simplement parce qu’ils expriment la voix de citoyens européens en mettant en lumière des initiatives jeunes et innovantes qui donnent forme à la culture de demain.

C’est en ce sens d’ailleurs que le Parlement européen s’est prononcé début mars dans sa résolution sur la mise en œuvre du programme Europe créative. Ce vote a permis d’envoyer un message en faveur de la création de plateformes du type « hubs » afin de soutenir les artistes émergents et la création européenne au travers d’échanges d’un pays à un autre. Nous avons également insisté à cette occasion pour que des efforts soient réalisés pour soutenir la capacité de ce secteur à agir au-delà des frontières nationales en renforçant les relations et les réseaux entre les opérateurs.

Bref, deux exemples qui illustrent aussi à merveille le refus d’une partie de nos citoyens de voir nos États se replier sur eux-mêmes, pour défendre bien davantage le dialogue entre les cultures et la découverte de l’autre. Raison de plus pour leur accorder tout le soutien qu’ils méritent !

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume