FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Avec les jeunes du FOReJE

Le FOReJE (Forum des Jeunes Engagés) est un temps de rencontres et d’échanges des jeunesses de France et d’ailleurs, qui avait lieu cette année à Paris du 8 au 10 décembre. Je faisais partie de leurs invités et souhaitais faire un retour sur cet évènement pas comme les autres.

Tout d’abord, je n’ai assisté qu’à la journée de clôture car l’essentiel des débats a eu lieu entre jeunes, en ateliers, en assemblée, autour d’un café ou sur écran via une application dédiée.

Le FOReJE a pour ambition de palier au déficit d’espaces de paroles des jeunes et s’appuie sur des outils et des exercices qui leur permettent de s’informer, nourrir leur réflexion, comprendre les codes et mécanismes de la décision politique, apprendre le débat contradictoire, la prise parole et faire des propositions d’actions.

Il a été initié par l’AFEV, association qui a pour but de lutter contre les inégalités dans les quartiers populaires et de créer un lien entre des étudiants bénévoles ou volontaires en service civique. L’organisation a été réalisée avec le concours d’autres associations qui participent de cette dynamique : Coexister, Empow’Her, Kawaa, Les Petits Débrouillards, Simplon.co, Unis-Cité et Voxe.org .

La commande qui m’avait été passée, ainsi qu’autres invités, décideurs ou journalistes ;  était de sortir du cadre habituel des interventions politiques, en se rapprochant du modèle des TEDX et autres conférences conçues pour « inspirer » leur auditoire.

Pour cela, j’ai tenté de démonter quelques stéréotypes sur la façon dont sont perçus migrants et réfugiés. Là où l’on considère comme des vérités établies les résultats des sondages, je me suis efforcée de montrer comment les changements de formulation dans les questions peuvent donner des résultats très différents et comment certains médias « fabriquent » l’opinion avec les Unes de magazines. J’ai aussi plaidé pour une politique équilibrée de façon à avancer sur ce problème réputé insoluble.

Comme souvent dans ce genre de circonstances, j’ai énormément apprécié le dialogue avec ces jeunes et espère avoir persuadé quelques-uns d’entre eux de la nécessité des combats politiques.
Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume