FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

La Commission doit faire toute la clarté sur les ‘Monsanto Papers’ avant de renouveler l’autorisation du glyphosate

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 10 octobre 2017

_ _ _

Pendant des mois, les socialistes et démocrates ont exigé la transparence de la Commission européenne et de ses agences sur la gestion des dossiers concernant le glyphosate. Cette substance, développée par la multinationale Monsanto, est utilisée pour les pesticides, mais elle peut potentiellement être cancérigène, selon un panel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Malgré les préoccupations du Parlement européen et des organisations de consommateurs, la Commission européenne a proposé de renouveler l’autorisation du glyphosate pendant encore dix ans. La presse a dévoilé que Monsanto a influencé les rapports positifs de l’Agence européenne pour la sécurité sanitaire des aliments (EFSA) et de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

Demain, à la demande des eurodéputés S&D, le Parlement européen tiendra une audience publique sur «Le Documents Monsanto et le glyphosate» pour essayer de faire la lumière sur ce sujet. Cependant, le groupe S&D souhaite une enquête plus approfondie sur la manière dont les lobbies influencent les agences de l’UE.

 Miriam Dalli, eurodéputée, porte-parole du groupe S&D sur la santé et l’environnement, a déclaré:

« Demain, nous entendrons des experts indépendants et aussi des représentants de l’EFSA et de l’ECHA. Malheureusement, le manque de transparence conduit à la méfiance envers les jugements des experts et c’est ce qui s’est passé ici.

« La Commission européenne continue d’insister qu’elle en est venue à ses décisions en fonction de deux éléments: la preuve scientifique et la règle de droit. Mais la question du glyphosate va plus loin. Il s’agit du manque de transparence, de la fiabilité scientifique douteuse et de l’indépendance scientifique. La santé des citoyens devrait toujours être notre principale préoccupation, et le principe de précaution doit prévaloir, si nous voulons rétablir la confiance.

« Demain, nous espérons que nous aurons plus d’informations sur lesquelles fonder nos décisions, mais toute l’information sur la façon dont les rapports officiels sont rédigés par les agences doit être transparente et franche et dans le cas où des erreurs ont été commises, chacun doit être honnête et prendre les devants. »

Eric Andrieu, eurodéputé, porte-parole du groupe S & D sur l’agriculture, a ajouté:

« Les récentes révélations concernant les copier-coller de documents industriels présents dans le rapport de l’EFSA dévalue la parole des institutions publiques et mettent à mal l’ensemble du projet européen.

« De fait, la confiance aveugle de la Commission européenne et de son président dans l’EFSA et l’ECHA a de quoi interroger ! Elle met sa responsabilité en jeu et faillit à sa mission de garante de ‘l’intérêt général’ de l’UE. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume