FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Les mesures prises par le PPE sont trop timides et trop tardives pour empêcher l’orbanisation de ce groupe et les dégâts à la démocratie hongroise

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 20 mars 2019

_ _ _

Le PPE vient de décider de suspendre l’affiliation du parti Fidesz à ce Groupe.Dans la foulée, le chef de file des Socialistes & Démocrates au Parlement européen, Udo Bullmann, a déclaré ceci :

« J’appelle depuis longtemps la direction du PPE à prendre conscience de la dérive antidémocratique du gouvernement Orbán et à en tirer les conclusions, afin de défendre la démocratie en Hongrie. Le fait qu’ils n’aient réagi qu’après l’attaque lancée par Orbán contre le président de la Commission européenne, membre du même Groupe, n’annule pas les dommages déjà infligés. »

« D’avoir toléré si longtemps Orbán, alors qu’il affaiblissait l’indépendance du système judiciaire hongrois et qu’il sapait la liberté de la presse et la liberté académique, le PPE a fini par s’orbaniser lui-même, et il sera difficile d’inverser ce processus. La crédibilité du PPE comme partenaire fiable dans la lutte contre le populisme de droite en a pâti considérablement. »

« De plus, nous craignons que les changements introduits par le gouvernement Fidesz au cours des huit dernières années aient renforcé le règne autocratique d’Orbán et démantelé la démocratie hongroise. J’appelle le Conseil à donner suite d’urgence à la décision du Parlement de lancer les procédures de l’article 7 contre le gouvernement hongrois pour violation de l’État de droit. »

« J’espère aussi que la décision d’aujourd’hui permettra aux citoyens de faire le bon choix lors des élections du mois de mai. La Hongrie est une grande nation. Les Hongrois doivent être traités selon les critères les plus élevés. Cela signifie qu’il faut empêcher le gouvernement Orbán de continuer à démanteler la démocratie hongroise. »

 

István Ujhelyi, eurodéputé S&D et chef de la délégation hongroise du Groupe S&D, a ajouté ce qui suit :

« La suspension du Fidesz s’est fait attendre trop longtemps – mais ne résout pas la question pour autant. Depuis l’accession d’Orbán au pouvoir, il poursuit une politique de la peur, de la haine et de la division. Aujourd’hui, ses tactiques douteuses l’ont rattrapé et il doit faire face à des répercussions politiques graves. En éloignant la Hongrie des valeurs et principes européens, il a montré son vrai visage,  celui d’un autocrate antieuropéen et illibéral, qui s’efforce sans relâche de démanteler l’UE tout en faisant plaisir à Vladimir Poutine, dont il considère le régime hybride comme exemplaire. »

« La suspension du Fidesz n’est pas une solution durable si nous voulons stopper la diffusion du populisme en Europe. Tant que le Fidesz ne sera pas expulsé du PPE, l’UE et l’actuelle principale famille politique européenne resteront l’otage des sales jeux politiques d’Orbán et de ses adeptes. À présent que le parti au pouvoir en Hongrie est suspendu au sein de sa propre famille politique, les Hongrois doivent et vont s’interroger si l’appartenance de la Hongrie à l’UE pourrait être remise en question de la même façon. »

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume