FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Racisme ordinaire au Parlement européen

Marcel de Graaff est un eurodéputé néerlandais, membre du Parti pour la liberté (PVV) le parti d’extrême droite fondé par Geert Wilders. Depuis 2015, il est  co-président du groupe de l’Europe des nations et des libertés, aux côtés de Nicolas Bay après l’élection de Marine Le Pen à l’Assemblée. Lors de la dernière session plénière, il s’est lancé dans une intervention clairement islamophobe et xénophobe.

Lire la suite

Lettre à Theresa May

Avec 9 autres députés européens de tous bords et nationalités, nous avons envoyé une lettre à Theresa May, la Première Ministre du Royaume-Uni. Nous lui avons fait part des incertitudes et peurs que de nombreux citoyens britanniques et européens nous ont exprimé quant à la sortie de leur pays de l’Union Européenne. Les droits de citoyens européens au Royaume-Uni et britanniques dans l’Union Européenne doivent être notre priorité dans les négociations qui s’annoncent. Je vous propose une traduction officieuse de ce courrier ci-dessous. La version originale en anglais est également disponible :

Lire la suite

Hongrie: les Socialistes et Démocrates encouragent une enquête approfondie sur les lois controversées.

English version here

Le groupe des Socialistes et Démocrates regrette que la Commission ait eu à annoncer aujourd’hui que les clarifications apportées par le gouvernement hongrois sur les trois lois controversées ne soient pas suffisantes pour dissiper les inquiétudes sur leur compatibilité avec les valeurs et le droit européens. Les Socialistes et Démocrates ont appelé à « une enquête approfondie et élargie ».

Suite à la décision de la Commission européenne de poursuivre les procédures d’infraction accélérées concernant les récentes lois sur l’indépendance de l’autorité de protection des données, sur l’âge de départ à la retraite des juges et sur l’indépendance de la banque centrale, Sylvie Guillaume, Vice présidente du groupe S&D a déclaré:

« Malheureusement, la décision de la Commission confirme que nos inquiétudes étaient bien fondées et que les arguments de M. Orban étaient bien insuffisants pour prouver la conformité de ces lois avec le droit européen. »

Claude Moraes, coordinateur S&D pour les libertés civiles, la justice et les affaires intérieures a ajouté: « Nous encourageons la Commission européenne à continuer son enquête de manière approfondie, et de l’étendre afin d’examiner les autres initiatives inquiétantes du gouvernement hongrois susceptibles d’affecter les libertés et droits fondamentaux des citoyens hongrois. La loi sur les médias devra être la prochaine à être regardée de près » a-t-il conclu.