FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

TVA applicable aux livres et à la presse sur support numérique : la Cour de justice, têtue comme un âne !

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Bruxelles le 8 mars 2017

– – –

Hier, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a, une nouvelle fois, pris une décision légitimant la discrimination de la presse en ligne par rapport à la presse papier en matière de TVA. Les eurodéputés socialistes et radicaux regrettent une décision absurde, alors même que la Commission européenne a annoncé, au mois de décembre dernier, une proposition spécifique pour que les taux de TVA sur le livre numérique et la presse en ligne soient alignés sur ceux des supports papier.

La CJUE mène là un combat d’arrière-garde. Nous avons convaincu la Commission européenne sur ce sujet : ce qui définit un livre ou un journal, ce n’est pas son support. Sur de la pierre, sur un parchemin, sur du papier ou sur une tablette, un livre reste un livre, une œuvre de l’esprit ! Cette position est aussi celle que le Parlement européen a adoptée à notre initiative.

Aussi, nous invitons la CJUE à changer de logiciel : l’objectif, c’est le développement de la culture, de la lecture, de la liberté de la presse et l’expansion du numérique en Europe.

Oui à l’Europe par et pour les citoyens !

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Bruxelles, le 2 mars 2017

– – –

Aujourd’hui, le Parlement européen a débattu et voté une révision à mi-parcours du programme « Europe pour les citoyens ». Pour les eurodéputés socialistes et radicaux, il s’agit là d’un texte important au moment où l’Europe est menacée d’implosion par les nationalistes et eurosceptiques de tous bords.

L’enjeu, c’est de gagner la bataille culturelle : pour cela, nous devons relancer le dialogue entre Européens et renforcer la compréhension et la connaissance mutuelles. Pour vouloir construire ensemble, encore faut-il se connaître !

Lire la suite

Les députés appellent à l’abolition des derniers obstacles au volontariat européen

service-volontaire

Communiqué du Parlement européen – 27 octobre 2016

– – –

L’UE a besoin d’une politique mieux coordonnée en matière de volontariat, pour donner aux volontaires un statut légal clair et faciliter leur participation, ont déclaré les députés dans une résolution adoptée jeudi. Près de 100 millions de citoyens européens ont pris part à des actions de volontariat dans l’éducation, la culture, les événements sportifs, humanitaires et dans l’aide au développement.

Lire la suite

Partez à la découverte d’Europeana 280 et de bien d’autres choses

europeana

Depuis le 21 avril dernier, vous pouvez partir à la découverte de la richesse de l’art européen grâce à Europeana 280, une exposition artistique virtuelle qui réunit 10 œuvres choisies dans chaque État membre de l’UE, soit 280 œuvres au total !
Du Caravage à Manet, en passant par Goya ou Munch ou des artistes moins connus, il s’agit de parler d’Europe au travers du regard des artistes. L’exposition « Visages d’Europe » sera disponible jusqu’au 28 juillet prochain.
Cette campagne coïncide aussi avec le lancement de la collection Europeana Histoire de l’Art.

Lire la suite

Exposition Get Caught Reading au Parlement européen

get caught reading

De grands portraits en noirs et blanc de personnalités politiques européennes, dans des postures peu communes, l’un est confortablement installé dans un fauteuil, l’autre dans un lit, certains sont accoudés à une fenêtre, les jambes croisées, au bureau, dans le train… Ils sont tous en train de lire.

Voilà le sujet de l’exposition Get Caught Reading installée au Parlement européen, organisée par la Fédération des éditeurs européens et que j’accueillais mercredi 24 février

Lire la suite

La culture contre le terrorisme

culture contre terrorisme

Les ministres de la Culture européens, le Commissaire européen chargé de la culture, et la présidente de la Commission éducation et culture du Parlement européen réaffirment l’importance de la culture pour rapprocher les citoyens et pour lutter contre la violence à laquelle nous sommes confrontés en Europe.

Lire la suite

Face à la caméra : IDEAS BOX par Bibliothèques Sans Frontières

FAC15 ideas box titre 2

L’ONG Bibliothèques Sans Frontières a créé un outil formidable : une médiathèque en kit, qui s’ouvre en moins de 20 minutes et s’installe notamment – mais pas seulement – dans les camps de réfugiés. Elle est en exposition-démonstration au Parlement européen à Bruxelles. Je vous propose d’en faire la visite ensemble.

Lire la suite

Petit pays, grand continent

Xavier Bettel

© European Union 2015 – European Parliament

Le Luxembourg arrive à la tête du Conseil de l’UE pour les 6 prochains mois. Le dossier grec, la crise des migrants, ou encore l’accompagnement de la mise en place du Fonds Européen pour les Investissements Stratégiques (FEIS)… les défis à relever sont nombreux. Mais ces grands sujets déterminants pour l’avenir de l’Europe seront accompagnés d’autres thématiques que le Luxembourg souhaite mettre sur la table : éducation, jeunesse et culture. Cette présidence sera peut-être l’occasion pour le Grand-Duché d’imprimer son style.

Xavier Bettel, chef du gouvernement du plus petit pays d’Europe, est intervenu mercredi 7 juillet devant le Parlement. J’ai été intéressée par ce grand oral. Bien souvent, ces déclarations inaugurales se suivent et se ressemblent. Mais cette fois-ci, on peut tout de même reconnaître la marque d’un Etat profondément européen de par son histoire. Xavier Bettel, qui n’est pourtant pas de mon bord politique, semble avoir la volonté de faire avancer l’Europe à travers des enjeux qui sont trop souvent délaissés par les institutions européennes. Education, jeunesse et culture sont souvent pensées comme relevant exclusivement des Etats, alors qu’il s’agit de véritables leviers pour agir non seulement sur la construction d’une identité européenne, mais également sur l’émergence d’un esprit civique européen.

Sur le plan éducatif, le Luxembourg souhaite porter les questions du maintien scolaire et d’un accueil de qualité durant la petite enfance. Le déficit de lieux d’accueil de la petite enfance n’est pas seulement une préoccupation française mais largement européenne. Cet enjeu, ainsi que la lutte contre le décrochage, sont deux composantes importantes qui permettent de travailler sur la continuité du parcours éducatif pour tous les enfants.

Dans le domaine de la jeunesse, Xavier Bettel a annoncé vouloir renforcer la participation politique des jeunes en leur offrant plus de moyens d’expression sur les thèmes qui les touchent, et plus particulièrement lors de consultations nationales et de conférences européennes de la jeunesse.

En matière de culture, le Grand-Duché souhaite également évaluer notre potentiel culturel dans les relations extérieures de l’UE, en particulier dans les politiques de coopération au développement. La culture est un moyen de s’ouvrir au-delà de nos frontières et qui permet, en favorisant la compréhension mutuelle, de promouvoir certaines valeurs européennes. Il s’agira, en outre, d’identifier la contribution spécifique de la culture aux objectifs du développement durable à adopter fin 2015 lors de la COP21.

L’Europe a besoin de gouvernements prêts à embrasser pleinement le projet européen. Le Luxembourg sera peut-être l’un d’entre eux.

Rencontre européenne de la jeunesse : transformer des idées en action

EYE

#EYE2014 © European Union 2014 – European Parliament

Discuter avec les députés c’est bien, mais faire en sorte qu’ils s’approprient les idées des jeunes, c’est encore mieux !

Cette semaine, le Parlement européen organisait, au sein de plusieurs commissions parlementaires des « speed hearings » avec des jeunes ayant participé à l’EYE 2014. C’était l’occasion de transmettre aux eurodéputés le résultat des 3 jours de 200 formats de discussions qui se sont déroulées en mai dernier à Strasbourg entre près de 6 000 jeunes, de 16 à 30 ans, issus des 28 Etats membres, autour du slogan « Des idées pour une Europe meilleure ».

La première édition de l’EYE (European Youth Event) -la prochaine se déroulera en mai 2016, avis aux amateurs !– a été organisée par le Parlement européen avec une participation active des jeunes dès l’élaboration même du programme ; l’objectif était que les jeunes débattent entre eux mais aussi avec les députés et les groupes politiques ; et enfin il s’agissait d’une occasion unique pour eux de découvrir la diversité culturelle existant dans l’UE. Pour plus d’information, le rapport sur la Rencontre de l’année passée est disponible ici.

Mais une fois la rencontre passée, que faire de toutes ces idées partagées entre les jeunes ? C’est justement pour les faire vivre et faire en sorte que les décideurs politiques s’en saisissent, que le Parlement européen a organisé les auditions.

À titre d’exemple, au sein de la commission de la Culture, les jeunes présents ont défendu la nécessité d’investissements en matière d’éducation, considérant ce secteur comme un enjeux stratégique pour l’Europe, un investissement pour l’avenir, en particulier en direction des jeunes les plus défavorisés et pour lesquels l’enseignement supérieur doit aussi être accessible. L’un d’entre eux a tout particulièrement insisté sur le besoin de faire en sorte que plus de jeunes puissent profiter d’Erasmus et mieux connaître l’Europe ; pour cela, il suggère la mise en place d’un passeport étudiant unique ou carte de mobilité européenne, permettant des réductions sur les transports partout en Europe, et ainsi permettre aux jeunes d’être plus ouverts sur l’Europe.

Alors que la plupart des élus présents ont accueilli avec bienveillance les propositions, une certaine dissonance est apparue dans les propos d’Andrew Lewer, élu britannique Tory (conservateur). Il a estimé qu’il fallait « être réaliste », ne pas créer des charges pour les contribuables et considéré qu’il s’agissait ici de créer un niveau bureaucratique supplémentaire… Encore un qui ne sait pas qu’être réaliste c’est vouloir l’impossible !

Visiblement, Monsieur Lewer a une vision erronée de ce que peut faire l’Europe et oublie de calculer le coût de la non-Europe qu’il appelle pourtant de ses vœux. Bien au contraire, en développant des programmes pour la jeunesse, en nous dotant de moyens financiers substantiels pour investir dans ses capacités, nous l’accompagnons dans la vie active et contribuons à inclure ceux qui se sentent aujourd’hui exclus.