FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

le PE adopte un rapport pour s’attaquer à l’intolérable racisme anti tsigane en Europe

Communiqué du groupe Socialistes & Démocrates – Bruxelles, le 25 octobre 2017

_ _ _

Ce 25 octobre, le Parlement européen adoptait un rapport sur la protection des droits fondamentaux des Roms au sein de l’UE. Qualifiant le racisme anti tzigane de problématique horizontale, le rapport demande une série de politiques allant de mesures de déségrégation dans les services publics à la surveillance des programmes antidiscriminatoires. Ambitieux, ce texte constitue une condamnation ferme de la situation calamiteuse des Roms en Europe, ainsi qu’un appel à l’action adressé à la Commission et aux États membres.

Lire la suite

Débat sur le #MuslimBan au Parlement européen

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen – Bruxelles, le  1 février 2017

– – –

Choqués par le décret de M. Trump, les eurodéputés socialistes et radicaux ont demandé qu’un débat sur le #MuslimBan soit organisé en urgence en plénière au Parlement européen.

Alors que le débat s’ouvre au Parlement européen, les membres de la délégation socialiste française déclarent :

Lire la suite

Personnes en situation de handicap : parlons emploi !

semaine de l'emploi des personnes handicapées

Parce que les personnes handicapées sont plus souvent victimes du chômage ou sous les seuils de pauvreté, l’Europe se doit d’agir : retour sur une rencontre avec les acteurs concernés.

Cette semaine, j’étais particulièrement heureuse d’organiser au Parlement européen une rencontre de plusieurs partenaires engagés pour défendre l’accès des personnes en situation de handicap à l’emploi : entreprises, représentants du monde économique, Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE), Forum européen des Personnes handicapées (EDF) et, leur pilier, l’ADAPT, acteur essentiel au cœur de la 18ème édition de la Semaine pour l’Emploi des personnes handicapées, qui se déroulera du 17 au 23 novembre prochains, un peu partout en France.

L’objectif de cette rencontre ? Impulser une nouvelle dynamique à l’échelle européenne autour d’acteurs majeurs pour l’emploi et la sécurisation des parcours des personnes en situation de handicap, via un échange de bonnes pratiques et une action militante commune auprès des autorités susceptibles de faire bouger les choses.

Il est en effet urgent d’agir : 16 % de la population active de l’Union européenne est porteuse d’un handicap et le taux de chômage est deux fois plus élevé pour les personnes en situation de handicap que chez les personnes valides. En outre, à cette situation, s’ajoute une crise économique qui perdure, avec des coupes sombres et une politique d’austérité unilatérale qui touche plus durement encore les plus vulnérables. Ainsi faut-il constater aujourd’hui que 21% des personnes handicapées vivent au-dessous du seuil de la pauvreté.

Notre modèle social européen, basé sur le principe de solidarité, se trouve fortement fragilisé. Et la tentation est forte un peu partout en Europe de réduire les budgets consacrés aux services destinés aux personnes en situation de handicap.

Face à cette situation, que peut faire l’Union européenne ? C’est sur les populations les plus jeunes que les efforts doivent se porter : actuellement, les jeunes en situation de handicap connaissent un taux d’emploi très faible. Ils constituent ainsi la catégorie la plus à risque d’exclusion sociale. Face à cela, l’Europe peut encourager des bonnes pratiques repérées dans différents États membres ; par exemple garantir un placement rapide dans l’emploi afin de maintenir la dynamique et préserver l’adéquation des compétences ou aider les employeurs pour le recrutement, la formation et le maintien d’un poste des membres de leur personnel atteints d’un handicap.

Ensuite, dans le cadre de la révision de la stratégie 2020, il faut que l’Union européenne se dote d’indicateurs permettant de chiffrer la réalité concrète de la situation de l’emploi des personnes en situation de handicap, afin d’inciter tous les Etats membres à enfin jouer le jeu et à s’impliquer dans un réel changement.

Enfin, autre volet possible dans cette feuille de route –même si la tâche est ardue– c’est l’adoption la plus rapide possible d’une directive antidiscrimination qui couvre les personnes en situation de handicap. Ce texte majeur devait venir compléter l’arsenal législatif déjà existant en matière de discriminations raciales et d’égalité hommes-femmes, mais il reste obstinément bloqué par un certain nombre d’États membres au Conseil. Parmi eux, certains estiment que ce texte empiète sur leurs compétences nationales et va à l’encontre des principes de subsidiarité et de proportionnalité. D’autres se disent préoccupés par les conséquences pratiques, financières et juridiques de la proposition. Ce blocage doit absolument être levé -et je m’y emploierai en tant que rapporteure fictive pour les Socialistes et Démocrates –comme je l’évoquais ici–.

On le voit bien, le rôle de l’Union Européenne bien que non législatif n’est pas anodin aux côtés des actions nationales et locales menées en direction des personnes en situation de handicap. Or il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour réussir le pari de l’intégration. Rappelons-nous que le degré de développement d’une société se mesure à l’aune de ce qu’elle fait pour les plus vulnérables. En avant !