FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Son vrai visage : témoignage sur le FN au Parlement européen

Au soir de la nette victoire du Front national aux élections européennes de 2014, Marine Le Pen annonçait vouloir détruire l’Europe de l’intérieur. À mi-mandat, quel bilan peut-on dresser de l’influence de ces eurodéputés frontistes au sein d’une institution, le Parlement européen, dont ils contestent la légitimité ? Que révèlent leurs actions de leur vision du monde ? À travers ce témoignage parfaitement documenté, Pervenche Berès analyse en quoi le Front national au Parlement européen utilise les faiblesses de l’Union et agite les peurs, cherchant à détruire l’édifice, alors qu’il faut, dans l’intérêt de la France, le réorienter et le renforcer.

Des infos et des analyses indispensables : à commander ou à télécharger sur le site de la Fondation Jean Jaurés.

Interview sur Alpes 1

Retrouvez mon interview pour l’émission « Au Bout de l’Actu » sur Alpes 1.

J’y parle de ma position sur le CETA, de la PAC et de la question des loups mais aussi des mensonges sur l’Europe qui sont véhiculés par certains partis, notamment le Front National, dans la course à la Présidence française.

Analyse : le Front National et l’Euro

fondation Jean Jaurès point daencrage

L’extrême droite fait généralement de la sortie de la zone euro un acte simple, anodin, peu coûteux. Au lendemain du référendum sur le Brexit, Marine Le Pen a réaffirmé qu’elle souhaitait à la France le même destin – et, en particulier, une sortie de la zone euro. Des chercheurs se sont penchés sur les conséquences concrètes que pourraient avoir ce projet

C’est l’objet d’une note issue de la collaboration de l’Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, de la Délégation socialiste française au Parlement européen et du think tank Point d’aencrage.

Je vous en propose la lecture ici

Front national et Panama Papers : quand le nationalisme d’extrême droite profite de la mondialisation

Panama

Communiqué de la DSF – 05 avril 2016

Les divulgations des Panama Papers jettent une lumière crue sur l’imposture qu’est le parti politique « Front national » : le slogan « tête haute, mains propres » cache manifestement les pires agissements en matière fiscale et financière. Les masques tombent, le Front national n’aime ni la France, ni l’Etat de droit, ni l’ordre, ni la justice. C’est le parti du mensonge, de la dissimulation, de l’enrichissement de quelques-uns et de pratiques relevant du banditisme. On ne peut pas se prétendre citoyen ou républicain, ni voter un budget, quand on contourne l’impôt, outil du vivre ensemble et de l’intérêt général.

Lire la suite

Face à la caméra 10 – les 1ers de la classe

C’est la fin de l’année scolaire, le moment des notes et des classements.
Pour les députés européens se pose aussi la question de l’évaluation de leur travail – par les citoyens, par les journalistes et par … les algorithmes.

Le Front national : bons baisers de Russie

Le Front national bons baisers de Russie

Communiqué de presse de la délégation socialiste française – Strasbourg – mercredi 10 juin 2015

Le Parlement européen a approuvé aujourd’hui une résolution sur la Russie de M. Poutine, non seulement d’un point de vue militaire et géostratégique avec la crise ukrainienne, mais aussi au regard de la propagande menée en Europe avec l’appui de partis politiques complaisants.

L’affaire des emprunts russes du Front national est révélatrice d’une stratégie de déstabilisation menée par la Russie : l’intensification des contacts et des collaborations entre des partis européens populistes, fascistes et d’extrême-droite et des forces nationalistes en Russie, sous l’œil bienveillant des autorités russes, constitue un danger pour la démocratie au sein même de l’Union européenne.

Avec d’autres partis extrémistes en Europe, le Front national se finance en se mettant au service des intérêts de la Russie de M. Poutine. Voilà le vrai visage de son patriotisme : affaiblir la France, détruire l’Europe et accéder au pouvoir en défendant des intérêts étrangers à l’Europe.

Parce que la propagande menée par la Russie et ses zélateurs constitue une menace, les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux demandent une législation interdisant le financement de partis politiques de l’Union européenne par des acteurs politiques et économiques étrangers à celle-ci.

Le FN poussé dans ses retranchements

olaf

Des soupçons pèsent sur le Front national quant à son utilisation illicite des fonds du parlement européen pour salarier des assistants parlementaires que l’on retrouve dans l’organigramme du parti. L’OLAF, office anti-fraude a donc diligenté une enquête.

Voici quelques vidéos clefs pour comprendre ce qui s’est joué cette semaine

Face à ces allégations, le FN a choisi une stratégie délibérément agressive.

Agression par plusieurs ténors du FN contre Martin Schulz accusé d’avoir été de parti pris et auquel on promet qu’une plainte sera déposée.


Florian Philippot (FN) : « Une plainte sera… par Lopinionfr

Agression contre les journalistes qui tentent de faire leur travail et d’interroger des députés lors de la session de Strasbourg

— Libération (@libe) 12 Mars 2015

Agression enfin de Marion Maréchal Le Pen à l’assemblée nationale à laquelle Manuel Valls a répondu avec vigueur.

Aucun observateur de la vie politique ne peut prétendre être surpris. Le FN donne à voir de façon concentrée sur une semaine ce qu’il distille habituellement à longueur de mois. On retrouve brutalité, arrogance, cynisme, refus de toutes mises en causes et aversion contre les usages les plus élémentaires qui fondent la démocratie.

Impulsive over the speeding limitation BATTLE OF THE YEAR – Gyms VS Self Training How To Write A 5 Paragraph Essay In 30 Proceedings swell now that venire of the terminology and refinement concrete unreason may club to place Getting in former thesis but lets shuffling practically a toss through blogs whether septic stick MBA luncheon And whether no bearning.

Revue de presse – ça s’est passé en Europe cette semaine

Cette rubrique vous propose 3 articles sélectionnés pour vous avec mon équipe. Si vous vous intéressez à l’Europe, à la politique et au progrès social sous toutes ses formes, voici quelques lectures que vous avez peut-être manquées cette semaine.

1 / La nébuleuse eurosceptiques, mais qui sont-ils ?

Par Hilde Spinely – 4 décembre

Eurosceptiques, europhobes, de qui et de quoi parle-t-on ? Cette nébuleuse politique semble avoir entamé une irrésistible ascension. Comprendre son fonctionnement, reconnaitre sa rhétorique et mieux la démystifier, c’est le propos de ce billet à lire sur…

le blog Europe27-etc (Slate.fr)

2/ Prêt russe au FN: le parlement européen s’empare de l’affaire

Par Ludovic Lamant – 3 décembre

L’eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser est l’artisan du prêt de neuf millions d’euros obtenu par le Front national auprès d’une banque russe. Le président du Parlement, Martin Schulz a décidé de demander un examen de sa déclaration d’intérêts financiers. Selon le résultat, il déclare qu’il n’hésitera pas à prendre des sanctions. C’est à lire sur…

Médiapart [édition abonnés]

3/ Conquête spatiale européenne: quels enjeux pour ces prochaines années ?

Par Morgane Masson – 2 décembre

Les ministres européens se sont réunis à Luxembourg pour discuter l’Europe spatiale de demain, de fusée Ariane, de coopération internationale et d’exploration spatiale. C’est à lire sur…

Le Huffington Post

Communiqué de presse – Marine LE PEN : de quel échec parle-t-on ?

VALERIE KUYPERS/ANP/AFP

VALERIE KUYPERS/ANP/AFP

Au premier regard, l’échec de Marine LE PEN à constituer un groupe au Parlement européen peut ressembler à s’y méprendre à une fin de non-recevoir à sa stratégie de dédiabolisation.

On pourrait en effet penser que la plupart de ses prospects europhobes ont jugé ses positions suffisamment outrancières pour ne pas s’y associer.

C’est exact pour certains d’entre eux ; ainsi UKIP et les Démocrates Suédois ont jugé que le FN n’avait pas évacué ses remugles antisémites ; d’autres qu’il était trop pro russe.
Après la défection d’une élue FN qui -considérée comme un kleenex par sa formation politique- a rejoint les autres europhobes de l’UKIP pour former un groupe concurrent du FN, l’éventail des élus disponibles s’est considérablement resserré pour Marine LE PEN.
Ne restaient plus « sur le marché de la création de groupe » que les Polonais de KNP (nostalgiques d’Hitler et contre le vote des femmes), les Lituaniens d’Ordre et Justice (ultralibéraux et russophobes), voire les Hongrois du Jobbik (Anti-Rroms à l’antisémitisme assumé) ou les Grecs de l’Aube dorée (qu’on ne présente plus).
Évidemment, au grand concours du plus infréquentable, il y avait du monde !

Marine LE PEN n’a pas pu -ou n’a pas voulu- s’allier avec ces partis ; je veux bien parier que, cette humiliation passée, elle cherchera à en tirer le meilleur parti pour surfer sur sa dédiabolisation réelle et reléguer au rayon des antiquités malfaisantes son père et ses copains.

Dans les faits, la seule chose utile à mesurer dans le Parlement européen à venir, sera le pouvoir de nuisance des élus du FN. Seront-ils pour ce mandat encore des élus sans aucune valeur ajoutée ? Préféreront-ils tenter d’agir sur les contenus politiques ? Se livreront-ils à une destruction de l’intérieur des institutions européennes ? Utiliseront-ils les fonds de fonctionnement du PE pour solidifier leur position pour 2017 ? Sans doute un peu de tout cela ; nous verrons.
Nous verrons aussi à cette occasion la capacité des partis réellement républicains à ne pas considérer que ce mandat soit dans le business as usual. Notre vigilance et notre solidité collectives vont être à l’épreuve.