FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Secret des affaires : nous protégeons les lanceurs d’alerte

secret des affaires

Communiqué de presse de la délégation socialiste française – Bruxelles – mardi 16 juin 2015

Les députés européens de la commission des Affaires juridiques (JURI) se sont aujourd’hui exprimés sur le texte sur le « secret des affaires », dont le point le plus polémique était la protection des journalistes et de leurs sources, et des lanceurs d’alerte. Le groupe S&D a réussi à faire intégrer au compromis, malgré la résistance du PPE et de l’ALDE, la garantie d’une protection juridique pour tous ceux qui se battent pour révéler les pratiques contestables, voire illégales des entreprises.

Par la voix de Virginie Rozière, représentante de la délégation socialiste française dans la commission des affaires juridiques, les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux se sont mobilisés pour défendre et renforcer la liberté d’expression et faire de ce texte un rempart pour toutes celles et ceux qui n’hésitent pas à prendre des risques pour enquêter, informer, dénoncer. Protéger les journalistes et leurs sources est une nécessité absolue. Il en va de même pour les révélations d’atteintes à l’intérêt public par les lanceurs d’alerte.

« Face à la droite européenne et notamment le PPE dont les amendements faisaient peser une menace insupportable sur tous ceux – journalistes, lanceurs d’alerte, salariés, citoyens – qui s’engagent pour défendre l’intérêt général et la démocratie, le groupe S&D a aujourd’hui remporté une victoire. Nous avons obtenu que la liberté et le pluralisme des médias soient exclus du champ de la directive. La protection des lanceurs d’alerte est également renforcée puisque la directive reconnait la légalité des révélations pour la défense de l’intérêt public » se félicite Virginie Rozière.

Secret des affaires : l’intérêt général doit l’emporter sur les intérêts économiques !

secret des affaires

Communiqué de presse de la délégation socialiste française – Strasbourg – vendredi 12 juin 2015

La délégation socialiste française a pris connaissance de la pétition lancée par la journaliste Elise Lucet contre le projet de directive sur le « secret des affaires ». Nous soutenons pleinement l’objectif des 215 000 pétitionnaires : protéger les journalistes, leurs sources, les ONG et les lanceurs d’alerte, et ainsi l’information des citoyens.

Par la voix de Virginie Rozière, représentante de la délégation socialiste française dans la commission des affaires juridiques, les eurodéputé-e-s socialistes et radicaux se mobilisent, non pas pour rejeter cette directive, mais pour en faire une directive qui protège les journalistes et leurs sources. En effet, il y a en Europe des journalistes qui sont toujours menacés, ainsi que leurs sources, en Hongrie notamment ; ce projet de directive doit permettre d’améliorer leur situation !

Les amendements déposés par Virginie Rozière réaffirment par ailleurs la primauté des intérêts sociaux, environnementaux et démocratiques sur les intérêts économiques.

Si la confidentialité de certaines informations peut être importante pour la santé et l’avenir de nos entreprises, qui n’ont pas nécessairement les moyens de se protéger contre les pratiques de concurrents malhonnêtes, en aucun cas cela ne doit servir de prétexte à museler la presse et les lanceurs d’alerte. La différence est très claire à nos yeux, contrairement à la droite européenne qui, malgré l’affaire Luxleaks, dépose à chaque fois qu’elle en a l’occasion des amendements liberticides.

A l’opposé, les Socialistes et Démocrates européens se mobilisent afin de protéger et renforcer la liberté d’expression.

« Nous devons protéger la valeur économique des secrets et du savoir-faire de nos entreprises : Airbus ne doit pas pouvoir être espionné par Boeing, cela nul ne le conteste ! Mais les intérêts économiques, quand ils se matérialisent par des pratiques malhonnêtes et/ou contestables, ne doivent jamais primer sur l’intérêt général. Les lanceurs d’alerte, les journalistes, les ONG ou encore les représentants du personnel sont des garde-fous essentiels contre une vision de l’économie qui nierait les intérêts sociaux et environnementaux. Les Socialistes et Démocrates européens, et en première ligne la délégation socialiste et radicale française, se battent pour les protéger » conclut Virginie Rozière.