FAIRE CONNAISSANCE

NEWSLETTER

Top

Rencontre avec Oleg Khabibrakhmanov : c’est notre rôle de maintenir l’attention sur la situation des Droits de l’Homme

De gauche à droite, je suis entourée de Anne le Huérou, Oleg Khabibrakhmanov et Jean-Jacques Hollard

De gauche à droite, je suis entourée de Anne le Huérou, Oleg Khabibrakhmanov et Jean-Jacques Hollard

Ce jeudi 9 avril, j’ai reçu Oleg Khabibrakhmanov, directeur des opérations de l’ONG russe CaT – Comité contre la Torture, à ma permanence de Lyon .Nous avons longuement parlé de la Tchétchènie et des droits de l’Homme.

Souvenez-vous de l’assassinat en 2009 de Natalia Estemirova, Directrice de l’ONG Memorial à Grozny, militante plusieurs fois récompensée pour son action en faveur des disparus de Tchétchénie. Depuis cet événement tragique, les militants des droits de l’Homme en Russie n’ont pas renoncé à leur combat, mais ont dû changer leur méthode. Le Joint mobil group fondé par Oleg Khabibrakhmanov répond à cette situation de dangerosité extrême de leur travail en Tchétchénie. « Mobil » parce que les militants changent régulièrement avant d’être trop repérés et exposés. Exposés aux forces de sécurité qui agissent impunément, aux groupes paramilitaires et aussi à une partie de la population qui les tient pour des ennemis. Agents de l’étranger, c’est l’étiquette infamante qui est attribuée aux ONG dont le financement n’est pas exclusivement russe. Ce dispositif a causé la fermeture ou le départ de nombreuses ONG nationales et internationales.

Dans le contexte actuel de passion nationaliste exacerbée, ce « label » fait beaucoup de tort aux militants des droits. C’est bien pour sensibiliser sur ce point, opinions publiques et gouvernements occidentaux qu’Oleg Khabibrakhmanov fait une tournée en France.

Avec Anne le Huérou, sociologue spécialiste de la Russie et du Caucase, de l’Université Paris Ouest et Jean-Jacques Hollard, président du Comité Tchétchénie de Lyon, j’ai évoqué la possibilité de saisir le Parlement européen de cette question, de solliciter la Commission et de faire en sorte que l’attention ne se détourne pas de la Tchétchénie.

Pour autant, Oleg Khabibrakhmanov est sans illusion sur la portée de la pression internationale sur la politique russe et singulièrement sur le comportement de Poutine. Selon lui, Poutine est dans un processus d’auto-radicalisation. Les sanctions affaiblissent l’économie sans affecter sa détermination. A quoi est-il finalement encore sensible ? Oleg pense : au sarcasme probablement…

A l’issue du rendez-vous, Oleg Khabibrakhmanov avait une réunion publique à la mairie de Lyon 1er et d’autres à venir un peu partout en France. Il a également fait l’objet d’un intéressant reportage sur France Inter, diffusé ce jeudi 9 et dont je vous recommande l’écoute en différée ci-dessous.

 

France Inter Oleg Khabibrakhmanov

Partager sur facebook Twitter Syvie Guillaume